Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

Lutte contre le varroa sous les tropiques

Tout ce qui concerne les maladies et les différents traitements
Avatar de l’utilisateur
DocBB
Anciens
Messages : 1156
Localisation : Saint-Denis de La Réunion

Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#1 » lun. août 05, 2019 9:39 am

Hawaii le premier producteur de reines des USA est sous le varroa depuis 2007

il n'ya quasiment pas d'arret de ponte sous les tropiques
il pronent la lutte intégrée

ils diffusent un guide en .PDF

et des videos dont celle avec l'acide formique



c'est assez curieusement ce qui nous dit Daniel 59 depuis toujours

Je traite à l'Acide Formique (A.F.), c'est un produit naturellement présent dans la ruche, produit par les insectes (pas aux concentrations qu'on va utiliser, bien sûr) et qui a le gros avantage de ne laisser aucune trace après son usage, ni dans les cires ni dans la miel; pas d'accoutumance non plus de la part du varroa.
Il est toxique pour le varroa, mais pas de danger pour le couvain seule la mère n'aime pas çà du tout à forte concentration (25/30ml).

Image

L'ennui c'est que c'est totalement inefficace en dessous de 10°-12° Celsius (été de M...!).
On va utiliser de l'A.F. à 60% pas 85% (si vous n'en trouvez pas vous rajoutez 42 g d'eau distillée pour 100 g de solution à 85%)

le plus simple c'est d'utiliser des languettes de viscose que l'on va déposer soit en bas soit en haut de la ruche et laisser 2 jours, on mesure avec un seringue et on imbibe les viscoses.
5 à 10 ml en haut de la ruche (pour profiter de la chaleur de l'essaim) si il fait moins de 18°/20° et que l'infestation est forte, soit 10 à 15 ml en bas si il fait plus chaud, attention que la température ne monte pas trop vite sinon il faut les enlever car l'évaporation serait trop rapide, la ruche saturée et les abeilles de pas contentes à un peu mortes.
Si il fait vraiment chaud (30°), rester à 10 ml en bas.
Ensuite on compte les morts, il y aura quand même 3 à 5% d'abeilles faibles qui vont y rester: normal pas d'affolement ce ne sont pas encore les abeilles d'hiver
Si ça ne suffit pas on recommence avec la séquence suivante.
En cas de forte infestation (abeilles déformées, ailes malfoutues) et en tenant compte du cycle de reproduction et phorétique du varroa on pourra adopter le cycle de 3 traitement à J1, J15, J35 en tenant compte d'un petit battement pour raison de mauvais temps, et en fonction de ce qui tombe comme varroas.
ATTENTION protégez vous: lunettes ou visière, gants en caoutchouc et rinçage abondant à l'eau avant tout en cas de contact.




Daniel 59 a écrit :Bonjour à tous,

Ci joint un article de chez Icko concernant le traitement A.O
= = =
Par Icko-Apiculture le 25 août 2016 Les maladies Non classé Santé
Objet :
Cette fiche pratique a pour objectif de définir les règles d’utilisation de l’Acide Oxalique (AO) en tant que moyen de lutte contre la varroose (lutte alternative). L’AO peut être utilisé à l’état anhydre ou dihydraté, c’est une substance vénéneuse classée « très toxique ». Dans cette fiche seule l’utilisation de l’AO dihydraté par la méthode du « dégouttement » sera décrite, car seule cette dernière a fait l’objet d’une étude par l’Agence Européenne du Médicament.
Il se présente sous la forme d’une poudre blanche relativement soluble dans l’eau.
ATTENTION : L’acide oxalique est une substance chimique dangereuse pour l’Homme. Avant de mettre le protocole en application, lisez attentivement le paragraphe « PRÉCAUTIONS ».
Réglementation
Depuis 2010 cette substance est inscrite au tableau 1 de l’Annexe des LMR (règlement UE no 37/2010 de la Commission). Aucune LMR n’est requise : cela signifie pour les experts que les résidus éventuels dans les produits de la ruche suite à un traitement de la varroose, conforme à l’usage, sont sans risques pour le consommateur.
Cependant l’AO est également inscrit sur la liste des substances vénéneuses. De ce fait, il ne peut être utilisé en dehors du champ d’application du médicament vétérinaire. En France, aucun médicament vétérinaire disposant d’une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) ne contient cette substance ; reste donc la possibilité d’une prescription vétérinaire extemporanée (hors AMM) selon la règle de la cascade.
Pour la délivrance de l’AO et la mise en œuvre du traitement de la varroose, l’ordonnance d’un vétérinaire est obligatoire. Cette dernière doit être conservée 5 ans dans le registre d’élevage.
Deux cas sont à distinguer pour la prescription de cette substance :
• Apiculteur conventionnel : des produits de traitement de la varroose disposant d’une AMM existent. La Commission des AMM vétérinaires n’a pas conclu pour l’instant au manque d’efficacité desdits produits. Donc, selon le Ministère de l’Agriculture (DGAl) la prescription hors AMM de l’AO est impossible !
La décision de prescription hors AMM appartient au vétérinaire traitant. Ce dernier, au vu de résultats d’efficacité insuffisants des produits disposant de l’AMM, aura toute latitude pour prescrire l’emploi d’une solution médicamenteuse à base d’AO et ce, sous sa seule responsabilité.
D’autre part la fenêtre d’utilisation de cette substance (hors couvain) ainsi que sa courte durée d’action en font une méthode thérapeutique irremplaçable en tant que traitement complémentaire en fin d’automne – tout début d’hiver, période où généralement les médicaments avec AMM à libération lente ne sont plus justifiés.
• Apiculteur bio (règlement CEE no 1804/1999) : le cahier des charges bio interdit l’emploi de substances dites de synthèse (amitraze, tau-fluvalinate…), donc dans ce cas le vétérinaire peut prescrire l’AO selon la règle de la cascade.
Qui peut délivrer l’acide oxalique ?
Seuls les pharmaciens ou vétérinaires peuvent délivrer de l’acide oxalique dihydraté de qualité officinale avec un indice de pureté garanti et nécessaire pour un usage vétérinaire (abeilles).
Le prix de l’AO officinal varie suivant le conditionnement (ex. : environ 30 € en présentation de 1 kg).

Quand utiliser l’acide oxalique ?
Le traitement avec l’AO par dégouttement n’est pas anodin pour les abeilles.
Il ne peut être appliqué qu’une seule fois sur les mêmes abeilles au cours de la période sans (ou avec le minimum) de couvain, c’est-à-dire généralement en novembre et décembre.
Il peut également être appliqué en saison sur des essaims nus ou sans couvain operculé.
Deux types d’utilisations sont possibles :
• Pour le contrôle d’efficacité d’un traitement anti-varroa pratiqué avec un produit de traitement disposant d’une AMM. On appliquera le traitement décrit ci-dessous sur 10 ou 20 % des ruches dans le but de compter les varroas résiduels. Pour une vision représentative de l’infestation, on comptera les varroas à partir du 3e jour de l’application puis tous les deux jours jusqu’à ce que l’on ne trouve plus de varroas sur le lange préalablement graissé introduit dans la ruche sous le plateau grillagé.
• Pour un traitement complémentaire qui s’inscrit dans la prophylaxie, soit que le résultat du comptage décrit ci-dessus est inacceptable (plus de 50 varroas morts recueillis justifiant la généralisation du traitement), soit que l’apiculteur ait choisi ce type de traitement pour une application entrant dans la méthode dite de la lutte intégrée (médicaments à base de thymol et autres substances dites naturelles), soit pour le traitement des essaims naturels, artificiels et nus avant que du couvain operculé ne soit présent (avant le huitième jour suivant l’enruchement).
Efficacité
Elle est estimée entre 90 et 95 % en absence de couvain.
En revanche en présence de couvain, le taux d’efficacité chute aux environ de 50 %. Le mécanisme d’action acaricide demeure mal connu.
Résidus – Persistance
• Miel : il contient naturellement de l’AO (châtaignier, forêt). Il n’y a pas de résidus dangereux dans les conditions « normales » d’emploi.
• Cire : l’AO n’est pas soluble dans les graisses. Il n’y a donc pas de résidus à craindre dans les cires.
Gêne et toxicité pour les colonies
Il semblerait que les abeilles supportent mal plusieurs applications (par dégouttement) de l’AO, il convient donc de ne pas renouveler l’application au cours de l’hiver.
Pour les reines qui sont soumises à plusieurs dégouttements d’AO dans une année ou dans leur vie, le risque d’un effet néfaste n’est pas connu (ni exclu) mais peu de cas de mortalité sont rapportés.
Précautions
L’AO dihydraté peut être TRÈS DANGEREUX pour l’Homme. Si on avait la possibilité de l’absorber, ce qui est peu probable du fait qu’il s’agit d’un acide puissant, donc irritant, quelques grammes pourraient tuer une personne adulte.
Par ailleurs les lésions provoquées par l’AO sont immédiates et s’aggravent progressivement.
IL S’AGIT DONC D’UNE SUBSTANCE DANGEREUSE QUI DOIT ÊTRE UTILISÉE AVEC PRÉCAUTIONS.


Quelques précautions à respecter :
• Conserver l’AO selon les recommandations du fabricant.
• Préserver soigneusement l’étiquetage sur le récipient, reporter l’étiquetage sur le nouvel emballage si on est amené à le fractionner.
• Reporter l’étiquetage sur la solution thérapeutique (sirop + AO).
• Éviter de stocker la solution. Cependant si cela est nécessaire, la stocker au frais (entre 0 °C et 5 °C), à l’abri de la lumière mais PAS dans le réfrigérateur familial. Veiller à ce que les récipients soient hermétiquement fermés.
• Ne jamais mélanger l’AO avec un produit autre que du sirop 50/50.
• Veiller à ce que les enfants et les animaux n’aient accès ni au produit officinal ni à la solution thérapeutique.
• Ne jamais rejeter ni l’AO, ni la solution dans les eaux de rivière, dans les égouts ou dans la nature. Il est donc important de n’en préparer que la quantité nécessaire au traitement des colonies. • Pendant la préparation de la solution et son application au rucher :
– porter des lunettes étanches intégrales (modèle anti-acide) ;
– porter des gants étanches du type Nitrile (ex. Ultranitril 492 chez MAPA Professionnel) ; ne jamais porter des gants en cuir ou en tissu qui sont perméables ;
– porter des vêtements étanches (anti-acide, ciré de pêcheur ou autre) ; le pantalon doit couvrir les bottes et non l’inverse ;
– placer à portée de main une réserve d’eau suffisante pour se rincer et un dispositif pour se rincer les yeux ;
– effectuer le mélange AO/sirop en versant délicatement la poudre dans le sirop (et non l’inverse) à l’extérieur dos au vent ou mieux en portant un masque anti-poussière type P2 ou P3 car il faut éviter de respirer les poussières d’AO.
• En cas de projection sur le corps ou les yeux, enlever immédiatement les vêtements éclaboussés, rincer immédiatement à grande eau la zone contaminée et consulter un médecin.
• En cas d’inhalation et/ou d’ingestion, appeler les pompiers (18 ou 112 sur portable) ou le Samu (15).
Modalités d’emploi
Le matériel ci-dessous sera adapté en fonction du nombre de ruches à traiter. Suivant la force des co- lonies, la quantité nécessaire au traitement varie, mais en général 1 l de solution thérapeutique per- met d’en traiter 20 à 30.
• 1 litre d’eau chaude (de préférence pas trop cal- caire) à 60 °C environ (pour la préparation de la solution thérapeutique)
• 1 kg de sucre cristallisé ou en poudre
• 10 litres d’eau (réserve de sécurité)
• 1 flacon avec un large goulot (ou une casserole avec bec verseur) pour effectuer le mélange sirop + AO
• 1 bouteille plastique de 1,5 litres (bouteille de jus de fruit en plastique rigide), reporter les inscriptions de l’étiquette du contenant de l’AO sur la bouteille
• 1 balance de précision pour doser la quantité exacte d’AO
• 1 glacière
• 1 seringue de 50 cm3 ou 60 cm3 neuve avec un piston bien lubrifié (huile ou graisse silicone)
• 1 tube plastique adaptable sur l’embout de la seringue
• 1 boite d’AO dihydraté
• les outils habituels utilisés au rucher
Préparation d’un litre de solution thérapeutique d’AO
• Préparer le sirop 50/50 avec de l’eau chaude à 60°C environ (1kg de sucre + 1l d’eau chaude = 1,6 l minimum) et le laisser refroidir jusqu’à 30°C.
• Mettre 1 litre de sirop préparé dans le flacon.
• Peser 40 grammes d’AO.
• Verser lentement les 40 grammes d’AO mesurés dans le sirop tiède contenu dans le flacon et remuer doucement pour dissoudre l’AO.
• Fermer hermétiquement le flacon ou la bouteille, si le mélange prêt à l’emploi est transvasé dans une bouteille. Placer le contenu dans la glacière préalablement remplie d’eau tiède à 30°C, ceci afin de conserver le mélange à cette température lors du transport et de l’utilisation. En cas de refroidissement du mélange, l’Ao ne reste plus dissout et cristallise (perte de l’éfficacité).
Application du traitement au rucher
• Ouvrir la ruche par une journée ensoleillée et une température extérieure supérieure à 5°C (10°C à 12°C étant préférable). Si la température est trop élevée, les abeilles ne sont pas en grappe et l’application ne sera pas homogène. Si la température est trop basse et que la grappe est trop serrée, la solution ruissellera sur les abeilles sans pénétrer au coeur de la grappe.
• Repérer les intervalles de cadres occupés par les abeilles.
• Puiser dans le flacon ou la bouteille, à l’aide de la seringue équipée du tube plastique, la quantité nécessaire pour traiter une colonie (5 ml/inter cadre occupé).
• Dégoutter lentement le mélange sur les abeilles à raison de 5 cm3 (= 5 ml = 1 cuiller à café standard) par intervalle entre 2 cadres occupés par les abeilles.
• Refermer la ruche.

Rangement des outils et du matériel
A la fin de l’intervention : rincer tout le matériel ayant été en contact avec le mélange sirop/AO et le ranger dans un endroit réservé à cet usage.
Source : FNOSAD – Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles Départementales
Daniel d'en haut!

Avatar de l’utilisateur
jln
Anciens
Messages : 3321
Localisation : St Germain du Puy (Cher)

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#2 » lun. août 05, 2019 10:24 am

Merci Doc pour ce rappel qui nous rappelle au passage qu' il nous manquent les D. d'en haut et d'en bas...
Les modes passent et on n'entend plus parler d'AO par sublimation, que je continue à pratiquer en trouvant ça très efficace.
Ce traitement exige de se protéger sérieusement des émanations mais les varroas tombent comme des mouches.
Les modes sont faites pour tourner et ça m'étonnerait pas qu' on y revienne un de ces jours quand on en aura marre de déranger ses colonies n+une fois pour les arroser d'acide jusqu'à sept fois par saison. ..

Avatar de l’utilisateur
bebert69
Messages : 1019
Localisation : Monts du lyonnais

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#3 » lun. août 05, 2019 12:41 pm

jln a écrit :Merci Doc pour ce rappel qui nous rappelle au passage qu' il nous manquent les D. d'en haut et d'en bas...
Les modes passent et on n'entend plus parler d'AO par sublimation, que je continue à pratiquer en trouvant ça très efficace.
Ce traitement exige de se protéger sérieusement des émanations mais les varroas tombent comme des mouches.
Les modes sont faites pour tourner et ça m'étonnerait pas qu' on y revienne un de ces jours quand on en aura marre de déranger ses colonies n+une fois pour les arroser d'acide jusqu'à sept fois par saison. ..


+1

Il est vrai que j'ai pu lire dans une newsletter d'un vendeur de materiel apicole qu'il ne fallait surtout pas utiliser l'AO par sublimation car ça degrappait les abeilles et elles en mourrait.

Bon ça ne leur empêche pas de toujours vendre le matériel en question...

Avatar de l’utilisateur
luxbee
Messages : 478
Localisation : Luxembourg

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#4 » lun. août 05, 2019 12:57 pm

Pour ma part je pratique les 2. Ac. Formique maintenant par évaporation lente et ac. Oxalique par sublimation l’hiver. Je confirme que l’acide oxalique par sublimation est très efficace et je n’ai jamais eu de problème en l’utilisant ni pour moi ni pour les abeilles. Ca ne m’étonnerait pas que les autorités sanitaires soient frileuses à son utilisation en raison du potentiel danger que les vapeurs représentent pour l’apiculteur ?
En ce qui concerne Hawaii ils sont hyper impliqués dans le projet arista
https://aristabeeresearch.org/fr/category/blog-actualites/blog-3/arista-bee-research-blog-3/

Avatar de l’utilisateur
jln
Anciens
Messages : 3321
Localisation : St Germain du Puy (Cher)

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#5 » lun. août 05, 2019 1:13 pm

luxbee a écrit :...Ca ne m’étonnerait pas que les autorités sanitaires soient frileuses à son utilisation en raison du potentiel danger que les vapeurs représentent pour l’apiculteur...

Le danger est réel et il faut le prendre au sérieux mais le traitement efficace.
Pas de perte de colonie depuis trois saisons d'utilisation ni de mortalité constatée.
Il faut évidemment attendre que la température permette à la grappe de se "désserrer".

Avatar de l’utilisateur
luxbee
Messages : 478
Localisation : Luxembourg

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#6 » lun. août 05, 2019 3:46 pm

jln a écrit :Il faut évidemment attendre que la température permette à la grappe de se "désserrer".


oui, ce qui n'est pas évident courant décembre...
Il faut aussi impérativement attendre l'absence totale de couvain pour une efficacité proche de 95% (si je me souviens bien). Pour moi ce n'est pas facile à estimer et en général je traite un peu avant noël.
Modifié en dernier par luxbee le lun. août 05, 2019 11:57 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
cool-tech
Messages : 317
Localisation : 44 Nord/ BZH

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#7 » lun. août 05, 2019 5:19 pm

personne ne fait acide Formique (A.F.), et APIVAR ???

Avatar de l’utilisateur
jln
Anciens
Messages : 3321
Localisation : St Germain du Puy (Cher)

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#8 » lun. août 05, 2019 5:26 pm

Si. Aucun traitement ne se suffit.
Les deux acides donnent d'assez bons résultats.
L'un sur les phorétiques, l'autre censé pénétrer dans les cellules.

Avatar de l’utilisateur
luxbee
Messages : 478
Localisation : Luxembourg

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#9 » lun. août 05, 2019 5:43 pm

jln a écrit : l'autre censé pénétrer dans les cellules.


Lequel pénétrerait dans le couvain ? jamais entendu ça. Pour moi les acides ne traitent que les phorétiques et c'est justement pour ça qu'il faut traiter sur plus de 10j en diffusion lente d'ac formique ou en absence de couvain pour l'ac oxaliq !

Avatar de l’utilisateur
jln
Anciens
Messages : 3321
Localisation : St Germain du Puy (Cher)

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#10 » lun. août 05, 2019 5:57 pm

Le formique.

Avatar de l’utilisateur
luxbee
Messages : 478
Localisation : Luxembourg

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#11 » lun. août 05, 2019 11:51 pm

Autant pour moi c’est effectivement précisé ici par ex (en début d’intro) :
https://www.agroscope.admin.ch/agroscope/de/home/ueber-uns/mitarbeitende/_jcr_content/par/externalcontent.external.exturl.pdf/aHR0cHM6Ly9pcmEuYWdyb3Njb3BlLmNoL2ZyLUNIL0VpbnplbH/B1Ymxpa2F0aW9uL0Rvd25sb2FkP2VpbnplbHB1Ymxpa2F0aW9u/SWQ9MzcyNjA%3D.pdf
Il est aussi rappelé le risque potentiel pour les reines que j’ai malheureusement déjà expérimenté ! Ils parlent aussi d’essaim artificiel dans les cas désespérés :cry:

Avatar de l’utilisateur
DocBB
Anciens
Messages : 1156
Localisation : Saint-Denis de La Réunion

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#12 » jeu. août 08, 2019 4:25 am

luxbee a écrit :Autant pour moi .... Ils parlent aussi d’essaim artificiel dans les cas désespérés :cry:


en me laissant aller sur les lines j'ai trouve les guidelines Suisses

et ils appellent ca "retrait total avec valorisation du couvain" (pdf)

ou traitement d'urgence


Et le calendrier suisse

Avatar de l’utilisateur
luxbee
Messages : 478
Localisation : Luxembourg

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#13 » jeu. août 08, 2019 4:06 pm

merci doc !
J'ai 1l d'acide lactique à 15% depuis 2-3 ans. Pas utilisé même si à l'époque j'avais commandé ça. Ils en parlent un peu ici :

http://www.cari.be/medias/actuapi/poster58_br.pdf

et ici : https://www.sanglard.ch/yves/rucher/traitement.html

Ca pourrait être pas mal au début du printemps ou sur les essaims fraîchement cueillies ! bon, à priori il faut des cadres à pulvériser et ça ne doit être efficace que sur les phorétiques !

Avatar de l’utilisateur
DocBB
Anciens
Messages : 1156
Localisation : Saint-Denis de La Réunion

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#14 » mer. août 14, 2019 9:53 am

l'acide lactique n'a pas d'effet probant dans les publication que j'ai lues (suisses et américaines).

le système de Daniel me parait tres bien, c'est a peu pres ce qui est donné (AF 70%) dans les languettes du commerce avec AMM
et ici je n'ai pas de pause vraie dans la ponte (tropiques tropiques)
il me reste à trouver les 2 bonnes périodes de transvasment

et puis le lithium a essayer

Zery
Messages : 443
Localisation : Belgique / Liège

Re: Lutte contre le varroa sous les tropiques

Message#15 » jeu. août 15, 2019 2:22 am

DocBB a écrit :.....

le lithium est prescrit (et efficace) depuis longtemps pour stabiliser certains troubles bipolaires de l'humeur .
Exemples : Neurolithium (forme liquide) ou Téralithe (forme comprimés) .

va falloir aller parler au pharmacien !


DocBB comment faites-vous, êtes-vous dans l'abstrait ?
Je me verrai mal donner des comprimés aux abeilles. :idea:

En tapant "trouble de l'humeur" avec un moteur de recherche personnalisé relativement performant
(c'est relatif), j'ai trouvé ceci ??? de 9:02 à 9:21 principalement.

https://youtu.be/ZgLdBpoGtaE?t=544

https://youtu.be/ZgLdBpoGtaE?t=2

Retourner vers « Maladies et traitements »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : mario et 1 invité

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.