Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Avatar de l’utilisateur
Cédric47
Anciens
Messages : 373
Localisation : Sud Ouest 47 et 31

Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#1 » mer. janv. 21, 2015 10:14 pm

Bonsoir,
En novembre 2014, j'ai eu le plaisir avec ma classe de BPREA d'assister au séminaire de l'ADAPRO à Montpellier.
Parmi les nombreux intervenants, la petite conférence de Jacques Sénéchal, chercheur au CNRS, à éveillé ma curiosité.
Il s'agit d'une multiplication rapide de cheptel, ou comment passer de 4 à 40 colonies en 3 mois.
J'ai bien pris des notes, j'en ai parlé à mes collègues, à mon prof et à des pros pour avoir leurs avis, et on a décidé de tenter l'expérience en 2015.

En voici les points clé.
-Avant tout, il faut réserver ou avoir à dispo 8 reines fécondées hivernées, pour pouvoir faire le première division en avril.
-Ensuite il faut diviser sur des colonies les plus fortes possibles, pour garder le plus longtemps possible une dynamique de progression.
-Ces divisions se feront impérativement avec introduction de reines fécondées, élevées ou achetées à part.
-a chaque division, avoir des cadres bâtis (au moins 1) au lieu de simples cadres gaufrés est un énorme plus, assurant un renouvellement rapide des abeilles.


Planning tel quel, avec pertes potentielles:
12/04: multiplication des 4 par 3 (4+8Reines -2Pertes) => 10
12/05: multiplication des 10 par 3 (10 +20R -6P) => 24
22/5: multiplication des 24 par 2 (24 +24R -8P) =>40
Le compte est bon! Reste encore le temps pour que chaque essaim fasse ses reserves pour l'hiver sans forcer sur le nourrissement.

ça parait assez extraordinaire,beaucoup de pros étaient sceptiques, mais une fois qu'on a étudié le problème dans tous les sens, ça parait possible (surtout avec des cadres bâtis, je pense)
Bonus: les volumes de sirop en kgs de sucre ou miel non dilué:
Période 1: 16Kgs
Période 2: 48kgs
Période 3: 60kgs
Total: 124Kgs, sans compter les éleveuses et les nucléis (que de notre coté nous allons nourir au miel/pollen pour avoir de bonnes reines)


Bien que ce soit mon but pour plus tard, je n'ai pas encore calculé comment faire pour diviser des warré en 3 :?: , nous allons travailler avec des Dadant 12 recupérées au lycée, faciles à partitionner en 3 colonies 4 cadres.
Image

Avatar de l’utilisateur
barbichou
Modérateur
Messages : 4294
Localisation : Ronchamp - Haute-Saône (70)
Contact :

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#2 » jeu. janv. 22, 2015 12:48 am

Salut,

Intéressant ta méthode, il faudra que je l'étudie. j'aime bien l'idée d'apporter de nouvelles reines.
je divise mes warré en trois :
- je fais une première division, un élément complet avec seulement environ 1/3 de l'essaim (j'enfume copieusement par le dessus et je laisse très peu d'abeilles remonter) chez moi c'est fin avril début mai.(exemple en 2014, le 06/05. On va l'appeler ruche A
- je laisse les 2/3 dans le reste de la ruche, elles se sentent à l'étroit et vont avoir envie d'essaimer, c'est là qu'il faut bien observer et sentir le coup, parce qu'avec l'envie d'essaimer elles vont entamer un élevage royal, je provoque un essaimage artificiel une semaine après, quelques jours avant la date de naissance supposée de la reine. Si je ne peux pas à cause du mauvais temps comme l'an dernier, je campe au rucher, c'est sur que ça va essaimer...ça n'a pas raté en 2014, le 15/05 retour du beau temps, le 16/05 essaimage, essaim que j'ai récupéré à peine constitué en primaire. On va l'appeler ruche B, l'ancienne reine et sa suite devient ruche C
Ruche C redevient ruche de production.
Début juin (pour moi le 03/06 en 2014), division de ruche A, je pique 4 rayons sur les 8. échec du remérage sur cette nouvelle ruche (temps pourri et absence de ma part, du coup je n'ai pas divisé ruche B, heureusement temps pourri en été et après c'était trop tard, jusqu'au 15 juillet c'est jouable mais très délicat pour l'hivernage) mais en théorie si la météo le permet tu obtiens assez facilement 5 ruches à partir de 1 au départ... on est loin de 40 mais cela ne nécessite pas de matériel particulier, pas de reines de réserve, pas de nourrissement sauf un peu sur la division 4 rayons, la saison apicole est relativement courte ici.
Une alternative à cette méthode est de diviser avec 4 rayons par nouvelle ruche dès le départ sans rediviser par la suite... tout dépend de la météo et de la maturité des faux-bourdons.
En 2015, je vais faire un mix des 2 méthodes, en 2014 avec la méthodes 2 j'aurai eu moins d'échec, les conditions étaient parfaites en mai... pas facile de savoir par avance. En 2013, printemps pourri, remérages à répétition manqués...2012 des bourdonneuses...bonne chance :france
Bilan des ruches A, B, C:
ruche C m'a donné une hausse de miel et une 1/2 hausse de miel de brèche, concernant l'hivernage, pas de nourrissement d'automne, ruche C passe l'hiver avec 2 hausses de miel, ruche B avec une hausse, ruche C avec presque une hausse complète, apport de 2.5kg de candi maison récemment pour C.
Au niveau varroa, toutes les ruches étaient bien infectée et ont subi traitement aux acides.
En 2015, ruche C sera probablement divisée (c'est un sujet de discussion avec mon père car elles sont sur cires neuves), ruches A et B deviennent ruches de production.
Il semble que A et B (nettoyage très performant d'un peu de couvain plâtré) ont hérité du caractère nettoyeur de C, caractéristique à confirmer cette année

@+ ;)

lierre
Anciens
Messages : 755
Localisation : 10

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#3 » jeu. janv. 22, 2015 8:19 am

Salut,
J'ai une question qui me taraude depuis un moment.
Comment résiste la reine dans sa cellule a un essaimage artificiel par tapotement. On m'a dit ici un jour que le bruit tuait la reine dans sa cellule. Je n'ai jamais trouvé d'info a ce sujet.
BZZZ "ouah la vache!" BZZZZ "il y en a partout !!"; mes premieres sensations en apiculture ... printemps 2008

Oliv
Anciens
Messages : 1064
Localisation : Toulouse (31), Puycelsi (81)

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#4 » jeu. janv. 22, 2015 6:35 pm

C'est très intéressant, le problème est de trouver des reines fécondées pour début avril.
Si décale le premier cycle au 12/05 et qu'on se contente de deux cycles on passe quand même de 4 à 24, soit un facteur 6, ce qui est pas mal, et ce qui laisse le temps de faire son élevage de reines.

Je vais étudier ça de près pour cette année.
Image

Avatar de l’utilisateur
Cédric47
Anciens
Messages : 373
Localisation : Sud Ouest 47 et 31

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#5 » jeu. janv. 22, 2015 7:03 pm

Bonsoir,
@ Barbichou
ta méthode est plus applicable pour des amateurs, sans élevage ni nourrissement, avec un potentiel de 1 à 5 si j'ai bien suivi, voire une récolte donc.
Le tout reste soumis aux aléas de la météo pour les accouplements, c'est le gros intéret des reines élevées à coté.
Si tu trouves 2 reines hivernées tu peux les introduire en B et C le jour même de la première division, tu gagnes un mois et un meilleur développement.

@Lierre
jamais entendu parler du bruit qui tuerai des reines en cellules, mais une règle est de ne pas manipuler (encore moins secouer) des cellules agées de 9 à 12 jours, c'est le moment ou la larve fait son cocon. Pour un tapotement d'une ruche en période d'essaimage, normalement ça ne poserai pas de problème.

@oliv
si tu décales le planning d'un mois, tu diviseras sur une colonie plus forte, les pertes devraient être moindres, le tout est de ne pas échouer la première division pour garder plus de potentiel pour la 2ème

Zery
Messages : 275
Localisation : Belgique / Liège

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#6 » jeu. janv. 22, 2015 7:13 pm

Bonjour,
Qui dit Intensif, dit risque d'être fortement sollicité.
Il y a aussi le facteur "acceptation des reines" d'un total de 52 reines ce qui n'est pas négligeable.
ainsi que leurs colonies d'hivernage, ce n'est pas pris en compte.
Pour n'importe quel animal, je préfère l'élevage extensif que l'élevage intensif.
Un environnement aménagé, à un environnement formaté.

On dit que les ruches sur un seul support ont le désavantage de communiquer les vibrations aux autres ruches mais je me demande si il n'a pas l'avantage suivant :

Pour un rucher orienté sud, je pensais à la méthode en décalant toutes les 3 semaines (de mi-avril à fin juin) de 50 cm vers l'est
- en prenant soin de laisser la reine dans la ruche souche.
- 1 cadre de couvain,
- 1 cadre de provision,
- 1 cadre à bâtir,
- une partition
Mais sans rajouter de paquet d'abeilles.
Les butineuses quittant la souche retournent vers leur ancien emplacement, les jeunes butineuses se fixant à leur position au vol de repérage.
Divisions :
- 15 avril
- 06 mai
- 27 mai
- 17 juin
Si tout se passe bien, on se retrouve avec 4 ruchettes et la souche en fin d'année.

Question de point de vue bien sur, mais je pense que l'on est proche d'un élevage extensif,
on tire un peu sur la période d'essaimage, et sur le principe de division en lui même, avec une sélection "naturelle" par les meilleurs faux-bourdons et des combats de reines.

Attention tout de même, à trop vouloir on peut tout perdre.
Ce qui est bénéfique pour " l'api-producteur " l'est rarement pour l'abeille,
et inversement...

Avatar de l’utilisateur
Cédric47
Anciens
Messages : 373
Localisation : Sud Ouest 47 et 31

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#7 » jeu. janv. 22, 2015 7:33 pm

Bonsoir,
cette méthode a été présentée à des pro dans l'optique d'une reconstitution ou accroissement rapide de cheptel, c'est un sujet hélas à la mode car les pertes sont régulièrement de plus en plus importantes (et pas que chez les pros comme vous le savez)
Je prépare un projet professionnel assez extensif mais pour arriver aux 200 colonies requises à l'installation, je pense m'appuyer sur ce système intensif pour gagner en expérience, en temps et en moyens. Grâce au renouvellement rapide des colonies, en peu de temps les résultats de cet élevage ne seront qu'un support à un élevage extensif.
En pratique, l'introduction de reine et la division multiple ne sont pas naturelles, OK
Pour le reste, rien n'empêche de faire au mieux : Nourrissement des nucléi au miel/pollen, élevage naturel en cadre dans les nucléi (Miller par exemple), nourrissement des essaims au miel...

La méthode que tu décris est bien, mais as-tu pensé à la dérive des butineuses ? Dans le cas de colonies proches, elles seront fortement attirées par celle qui "sent" la reine, au détriment de ton élevage en cours.
Je privilégierais un apport de jeunes abeilles dans les essaims voire un déplacement systématique à plus de 3 km

Zery
Messages : 275
Localisation : Belgique / Liège

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#8 » ven. janv. 23, 2015 1:34 pm

Cédric47 a écrit :La méthode que tu décris est bien, mais as-tu pensé à la dérive des butineuses ? Dans le cas de colonies proches, elles seront fortement attirées par celle qui "sent" la reine, au détriment de ton élevage en cours.
Je privilégierais un apport de jeunes abeilles dans les essaims voire un déplacement systématique à plus de 3 km

oui c'est possible, c'est basé sur la division en deux cote à cote. :wink:

Pour développer beaucoup d'essaims j'ai remarqué que les ruchers assez bien peuplés sont en mini-plus.
Je ne sais pas
- s'ils développent le nucleus en essaim
ou
- s'ils recherchent les reines pour les réintroduire ?
J'aurais tendance à penser la première solution.
Ce qui est bénéfique pour " l'api-producteur " l'est rarement pour l'abeille,
et inversement...

Avatar de l’utilisateur
DDB
Messages : 336
Localisation : Wiesme (Beauraing) - Famenne belge

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#9 » sam. janv. 31, 2015 6:29 pm

Barbichou,

je fais une première division, un élément complet avec seulement environ 1/3 de l'essaim (j'enfume copieusement par le dessus et je laisse très peu d'abeilles remonter) chez moi c'est fin avril début mai.(exemple en 2014, le 06/05. On va l'appeler ruche A


Il s'agit donc d'1/3 des filles qui sont restées dans la ruche, pendant que les butineuses sont aux champs ?

je laisse les 2/3 dans le reste de la ruche, elles se sentent à l'étroit et vont avoir envie d'essaimer, c'est là qu'il faut bien observer et sentir le coup, parce qu'avec l'envie d'essaimer elles vont entamer un élevage royal, je provoque un essaimage artificiel une semaine après, quelques jours avant la date de naissance supposée de la reine.


Cet essaimage artificiel, tu le fais de la même manière que pour la ruche A ?

Cordialement
Daniel
(... de Belgique)

Avatar de l’utilisateur
barbichou
Modérateur
Messages : 4294
Localisation : Ronchamp - Haute-Saône (70)
Contact :

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#10 » sam. janv. 31, 2015 7:45 pm

Salut,

DDB a écrit :Il s'agit donc d'1/3 des filles qui sont restées dans la ruche, pendant que les butineuses sont aux champs ?


C'est bien ça, avec les réserves de miel et de nectar en haut + du couvain de tout âge et des œufs frais, l'élevage royal se fait tranquillement, pas besoin des butineuses, de nourrir. En résumé, environ 1/3 de l'essaim part avec l'élément du haut (division classique)
je précise que je fais ça sur des warrés sur au moins 2 éléments de couvain et pleines à craquer.

DDB a écrit :Cet essaimage artificiel, tu le fais de la même manière que pour la ruche A ?


Là non, généralement après la première division, j'observe.
Si au bout de 2 ou 3 jours, la grappe pendouille dans l'élément vide-sanitaire mais que les cirières ne foutent pas une rame, la fièvre d'essaimage est commencée et l'élevage royal est en cours.(je regarde à l'arrière à travers le plancher grillagé le soir avec une lampe et en journée pour voir les chaines de cirières)
Soit tu provoques un essaimage artificiel autour de J+7 de la date de la première division avec la technique habituelle, un ou 2 éléments au dessus avec 2 cales pour que ça reste entrebâillé et que la fumée puisse s'échapper et tu tapotes pour faire monter l'essaim qui se gorge de miel, là tu peux y aller franco et faire un bel essaim.
Soit le temps ne permet pas de provoquer l'essaimage (c'est ce qui m'est arrivé l'an dernier, pluie et temps frais pendant plusieurs jours, en plein dans la période j+7) dans ce cas tu peux tabler sur un essaimage autour de j+15. Là pas le choix, tu regardes l'essaim sortir et dès qu'il est posé et constitué, tu l'enruches (chez moi, il s'est posé à 15 m sur un vieux fruitier, je m'arrange toujours pour avoir un lieu de pose pour ne pas trop courir après mes essaims ou faire flipper les voisins)
Dans les 2 cas, les abeilles restantes élèvent une reine dans l'ancienne ruche.
L'essaim artificiel ou naturel sert à faire du miel dans une ruche avec des constructions neuves. En moyenne je fais 1 élément warré de miel + un 1/2 élément pour le miel de brèche, je pense que je pourrai faire 2 éléments, je les hiverne sur un élément et demi à 2 éléments de miel. L'année suivante soit elle sert au miel, soit je la laisse essaimer, soit je divise ou fais des nuclei ou essaimage artificiel...ça dépend !(compensation de pertes, envie d'augmenter son cheptel, sa production...)
Les 2 ruches avec leur jeune reine, je prélève rien, je les laisse s'installer et se développer. Je les hiverne sur un élément à un élément et demi de miel, toujours sans nourrir, éventuellement un pain de candi maison en hiver si je l'ai fait trop tardivement ou si j'ai prélevé des rayons pour les nuclei et qu'elles sont un peu juste au niveau réserves à l'automne. Ces 2 ruches servent au miel l'année suivante, en moyenne 2 éléments de miel.
C'est plus long à expliquer qu'à faire, c'est simple et basique, le renouvellement de cire est rapide et les vieilles reines restent utiles.(surtout qu'une bonne reine possède un patrimoine génétique à exploiter, comme les chevaux de course en fin de carrière)
Pour éviter qu'avec le temps, toutes les reines soient plus ou moins filles, sœurs, cousines, tantes, etc :mrgreen: je transporte une partie des ruches ailleurs et j'en rapatrie d'autres pour les faux-bourdons issus de ruches et de reines intéressantes (et accessoirement pour faire du miel, avoir une réserve de couvain, etc), c'est un grand jeu de chaise musicale...

Rien à voir avec la technique de Cédric, plus intensive.

@+ ;)

Avatar de l’utilisateur
DDB
Messages : 336
Localisation : Wiesme (Beauraing) - Famenne belge

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#11 » lun. févr. 02, 2015 11:13 am

Merci !
Ca me parait bien intéressant.
Daniel
(... de Belgique)

jmf
Messages : 29
Localisation : Gironde

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#12 » mer. mars 11, 2015 2:25 pm

barbichou a écrit :Salut,

Intéressant ta méthode, il faudra que je l'étudie. j'aime bien l'idée d'apporter de nouvelles reines.
je divise mes warré en trois :
- je fais une première division, un élément complet avec seulement environ 1/3 de l'essaim (j'enfume copieusement par le dessus et je laisse très peu d'abeilles remonter) chez moi c'est fin avril début mai.(exemple en 2014, le 06/05. On va l'appeler ruche A
- je laisse les 2/3 dans le reste de la ruche, elles se sentent à l'étroit et vont avoir envie d'essaimer, c'est là qu'il faut bien observer et sentir le coup, parce qu'avec l'envie d'essaimer elles vont entamer un élevage royal, je provoque un essaimage artificiel une semaine après, quelques jours avant la date de naissance supposée de la reine. Si je ne peux pas à cause du mauvais temps comme l'an dernier, je campe au rucher, c'est sur que ça va essaimer...ça n'a pas raté en 2014, le 15/05 retour du beau temps, le 16/05 essaimage, essaim que j'ai récupéré à peine constitué en primaire. On va l'appeler ruche B, l'ancienne reine et sa suite devient ruche C
Ruche C redevient ruche de production.
Début juin (pour moi le 03/06 en 2014), division de ruche A, je pique 4 rayons sur les 8. échec du remérage sur cette nouvelle ruche (temps pourri et absence de ma part, du coup je n'ai pas divisé ruche B, heureusement temps pourri en été et après c'était trop tard, jusqu'au 15 juillet c'est jouable mais très délicat pour l'hivernage) mais en théorie si la météo le permet tu obtiens assez facilement 5 ruches à partir de 1 au départ... on est loin de 40 mais cela ne nécessite pas de matériel particulier, pas de reines de réserve, pas de nourrissement sauf un peu sur la division 4 rayons, la saison apicole est relativement courte ici.
Une alternative à cette méthode est de diviser avec 4 rayons par nouvelle ruche dès le départ sans rediviser par la suite... tout dépend de la météo et de la maturité des faux-bourdons.
En 2015, je vais faire un mix des 2 méthodes, en 2014 avec la méthodes 2 j'aurai eu moins d'échec, les conditions étaient parfaites en mai... pas facile de savoir par avance. En 2013, printemps pourri, remérages à répétition manqués...2012 des bourdonneuses...bonne chance :france
Bilan des ruches A, B, C:
ruche C m'a donné une hausse de miel et une 1/2 hausse de miel de brèche, concernant l'hivernage, pas de nourrissement d'automne, ruche C passe l'hiver avec 2 hausses de miel, ruche B avec une hausse, ruche C avec presque une hausse complète, apport de 2.5kg de candi maison récemment pour C.
Au niveau varroa, toutes les ruches étaient bien infectée et ont subi traitement aux acides.
En 2015, ruche C sera probablement divisée (c'est un sujet de discussion avec mon père car elles sont sur cires neuves), ruches A et B deviennent ruches de production.
Il semble que A et B (nettoyage très performant d'un peu de couvain plâtré) ont hérité du caractère nettoyeur de C, caractéristique à confirmer cette année

@+ ;)



Merci Barbichou pour cette description claire. Deux questions quand même:

1- pour l'adaptation à ma région (bordelaise), pour la 1ere division tu attends:
- d'avoir vu des faux-bourdons ?
- d'avoir vu du couvain de mâles ?
- une floraison particulière ? (aubépine ?)
- autre

2- une division ne marche que s'il y a des œufs dans l'élément sans reine, avec mes barrettes (et mes yeux !) j'ai du mal à les voir.
Est-ce que de faire monter la reine par enfumage et/ou tapotement et la coincer avec une grille à reine pour 1 journée (ou plus ou moins ?) est une bonne idée pour être certain d''avoir des œufs dans l'élément à déplacer.
La division se ferait le lendemain (ou plus tard ?), soit 2 enfumages en 2 jours (trop de stress ?).

Merci pour tout

Avatar de l’utilisateur
barbichou
Modérateur
Messages : 4294
Localisation : Ronchamp - Haute-Saône (70)
Contact :

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#13 » mer. mars 11, 2015 8:29 pm

jmf a écrit :

Merci Barbichou pour cette description claire. Deux questions quand même:

1- pour l'adaptation à ma région (bordelaise), pour la 1ere division tu attends:
- d'avoir vu des faux-bourdons ?
- d'avoir vu du couvain de mâles ?
- une floraison particulière ? (aubépine ?)
- autre

2- une division ne marche que s'il y a des œufs dans l'élément sans reine, avec mes barrettes (et mes yeux !) j'ai du mal à les voir.
Est-ce que de faire monter la reine par enfumage et/ou tapotement et la coincer avec une grille à reine pour 1 journée (ou plus ou moins ?) est une bonne idée pour être certain d''avoir des œufs dans l'élément à déplacer.
La division se ferait le lendemain (ou plus tard ?), soit 2 enfumages en 2 jours (trop de stress ?).

Merci pour tout


Salut,

j'attends la sortie des premiers faux-bourdons, ceux qui sortent en fin de matinée et rentrent vers 15 - 16 heures. Ceux-là sont bons pour la reproduction, ils sont bien mâtures. Il se trouve que souvent ces sorties coïncident avec la floraison de l'aubépine, truc donné par Daniel59 et qui fonctionne plutôt bien chez moi. Pour Bordeaux, je n'en ai aucune idée...

j'ai 50 ans, un voile devant les yeux et les bras trop courts pour voir les oeufs même en éclairant le rayon par derrière :mdr j'utilise 2 trucs, le fond des alvéoles brille à la lumière quand il y a un œuf, goutte de gelée royale surement (j'arrive encore à voir s'il y a une larve enroulée, du nectar ou si c'est operculé :mrgreen: ) et mon apn, une photo en gros plan bien nette du rayon où je soupçonne qu'il y a des oeufs et j'agrandis sur l'écran de l'apn... c'est plus long, faut ouvrir, prendre la photo, refermer et agrandir et regarder les photos sur l'écran de l'apn, mais au moins je suis sur et certain...et j'ai une meilleure idée de l'âge des œufs (droits ou courbés)

Généralement quand je divise, je fais descendre la reine en enfumant par le haut un bon coup, puis je laisse remonter suffisamment d'ouvrières et nourrices avant de séparer les 2 éléments. Si tu veux être certain d'avoir de la ponte fraiche, retire un rayon et mets en un à construire ou ajoute un élément, la reine adore venir pondre dans les cires neuves. Pour bien diviser, la ponte fraiche ne suffit pas, il faut du couvain de tout âge : operculé fraichement et prêt à naître, nymphe et œufs de tout âge sinon les effectifs ne sont pas suffisamment renouvelés pour faire la jonction avec le début de ponte de la jeune reine. Il faut que la ruche soit forte pour diviser, minimum 2 éléments warré plein à craquer d'abeilles, pour ne pas risquer de perdre la ruche souche. Il faut des réserves en miel ou nectar et en pollen suffisantes également. Donc je n'utiliserai pas la méthode consistant à coincer la reine dans un élément avec un grille.S'il n'y a pas de place, la reine ne pondra pas, pire tu pourrais lui donner l'envie de stopper toute ponte et d'essaimer...

@+ ;)

rahane
Anciens
Messages : 1180
Localisation : sud isère montagneux 1000m

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#14 » mer. mars 11, 2015 10:15 pm

et avec tout ça on s'étonne du résultat global...
dans un autre fil on parlait de l'art et la manière de faire des essaims à gogo et du prix

on a oublié le prix à payer in fine

pour les mêmes raisons de productivité on a réintroduit les farines animales dans l'alimentation des animaux en élevage industriel et curieusement dans l'année qui a suivi cette réintroduction
résurgence de la grippe aviaire dans des élevages en italie en hongrie et en hollande

si on regarde l'historique de l'utilisation de farines animales on note que leur production a été techniquement modifiée entre 1974 et 1979 pour faire des économies d'énergie
suivi du déclenchement de la crise de la vache folle
mais peut-être aussi de tas d'autres choses dont on n'a pas évalué les conséquences
ou établi les corrélations

et là on vient juste de recommencer depuis 1 ans 1/2
et donc d'épandre dans les champs les lisiers issus de ces élevages dont l'alimentation à soudainement changé

il parait qu'on utilise de plus en plus en agriculture bio les farines animales comme engrais
parce que ça augmente la part de protéine dans le blé, le blé à haute teneur en protéine étant indispensable pour augmenter les rendements de la panification industrielle

donc retour des farines animales dans l'alimentation des veaux porcelets et volailles poisson de rivières
notre ministère a fait voter la "possibilité" d'un étiquetage "garanti nourri sans farines animales"
bientôt si ce n'est déjà le cas on fera manger de la viande aux abeilles pour augmenter la quantité d'abeilles à viande

jmf
Messages : 29
Localisation : Gironde

Re: Méthode de division intensive par J. Sénéchal

Message#15 » jeu. mars 12, 2015 10:16 am

Salut et merci

Barbichou a écrit :j'attends la sortie des premiers faux-bourdons, ceux qui sortent en fin de matinée et rentrent vers 15 - 16 heures. Ceux-là sont bons pour la reproduction, ils sont bien mâtures. Il se trouve que souvent ces sorties coïncident avec la floraison de l'aubépine, truc donné par Daniel59 et qui fonctionne plutôt bien chez moi. Pour Bordeaux, je n'en ai aucune idée...

Bien noté, je vous dirais si je vois la coïncidence aubépine/marlous ou si j'en note une autre dans mon coin.

Barbichou a écrit :j'ai 50 ans, un voile devant les yeux et les bras trop courts pour voir les œufs même en éclairant le rayon par derrière. j'utilise 2 trucs, le fond des alvéoles brille à la lumière quand il y a un œuf, goutte de gelée royale surement (j'arrive encore à voir s'il y a une larve enroulée, du nectar ou si c'est operculé :mrgreen: ) et mon apn, une photo en gros plan bien nette du rayon où je soupçonne qu'il y a des œufs et j'agrandis sur l'écran de l'apn... c'est plus long, faut ouvrir, prendre la photo, refermer et agrandir et regarder les photos sur l'écran de l'apn, mais au moins je suis sur et certain...et j'ai une meilleure idée de l'âge des œufs (droits ou courbés)

Pareil pour l'age et les yeux (ou les bras) je prends l'idée de l'apn ... mais toi en plus tu nous livres tes superbes photos !

Barbichou a écrit :Généralement quand je divise, je fais descendre la reine en enfumant par le haut un bon coup, puis je laisse remonter suffisamment d'ouvrières et nourrices avant de séparer les 2 éléments. Si tu veux être certain d'avoir de la ponte fraiche, retire un rayon et mets en un à construire ou ajoute un élément, la reine adore venir pondre dans les cires neuves.

Ouuh que voila une bonne idée merci

Barbichou a écrit :Pour bien diviser, la ponte fraiche ne suffit pas, il faut du couvain de tout âge : operculé fraichement et prêt à naître, nymphe et œufs de tout âge sinon les effectifs ne sont pas suffisamment renouvelés pour faire la jonction avec le début de ponte de la jeune reine. Il faut que la ruche soit forte pour diviser, minimum 2 éléments warré plein à craquer d'abeilles, pour ne pas risquer de perdre la ruche souche. Il faut des réserves en miel ou nectar et en pollen suffisantes également.

Donc je n'utiliserai pas la méthode consistant à coincer la reine dans un élément avec un grille.S'il n'y a pas de place, la reine ne pondra pas, pire tu pourrais lui donner l'envie de stopper toute ponte et d'essaimer...

Merci, voila toute la magie de ce forum : une correction bienveillante des idées farfelues des newbees.

À plus pour des nouvelles de mes divisions ...

Retourner vers « Divisions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.