Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

Taille de la grappe d'hiver

Pille Muguet
Messages : 557
Localisation : Franche-Comté

Taille de la grappe d'hiver

Message#1 » jeu. nov. 20, 2014 12:20 pm

Bonjour à tous,

Une interrogation qui m'est venue (parallèlement à la problématique à laquelle je suis confronté dans la section Nourrissement) : pensez-vous que la reine est capable de moduler la taille de la grappe d'hiver en fonction des réserves situées dans la ruche ?

Car dans le cas où une colonie se retrouve fin d'été avec peu de réserves, il est plus pertinent pour la reine de pondre peu et d'avoir une petite grappe qui consomme peu - en espérant que l'hiver ne soit pas trop froid et que la taille de la grappe sera suffisante pour maintenir tout ça au chaud.

Vous avez déjà lu/remarqué des choses à ce sujet ? Des essaims gros comme le poing qui traversent l'hiver sur quelques barrettes ?
Ruches Voirnot divisibles

Avatar de l’utilisateur
Supradine
Admin
Messages : 1305
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#2 » jeu. nov. 20, 2014 1:52 pm

Une reine pond en fonction des rentrés de nectar. Donc oui elle module ses pontes en fonction des rentrées de nourriture.

Du reste si on veut faire pondre une reine, pour faire des divisions par exemple, on nourri la colonie en petit quantité mais quotidiennement pour simuler une rentée de nectar
Un con qui marche ira toujours plus loin que deux intelligents assis.

Une abeille est faite pour manger du miel multi floral et non pas du sucre.... si on était nourri tout un hiver avec des patates, dans quel état serions nous à la fin de l'hiver ?...

https://www.facebook.com/Rucher3Ms

Pille Muguet
Messages : 557
Localisation : Franche-Comté

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#3 » jeu. nov. 20, 2014 2:26 pm

Oui ok, mais imaginons une ruche à la sortie de l'été sur 2 éléments, un couvain & un de miel. Si on récolte cet élément de miel avant la ponte des abeilles d'hiver, leur laissant donc très peu de réserves, la reine est-elle capable de s'adapter à cette nouvelle configuration et réduire sa ponte d'hiver ?

C'est juste un questionnement, je ne souhaite pas leur prendre tout leur miel hein !
D'autant plus que je suis dans une région froide où des petites grappes ont peu de chance de passer l'hiver ..
Ruches Voirnot divisibles

Avatar de l’utilisateur
Supradine
Admin
Messages : 1305
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#4 » jeu. nov. 20, 2014 4:19 pm

Oui bien sur et en plus de la question varroa, personnellement je récolte maximum fin Juillet et je mets en traitement Varroa immédiatement.

Pourquoi ?

-1- Pour permettre à la ruche de refaire ces réserves pour l'hiver, attention je suis en région parisienne et en Aout il y a de quoi butiner.
-2- Pour permettre au couvain d'Aout d'être en pleine forme.. rappel c'est les abeilles d'Aout qui vont élever le couvain des abeilles d'hiver.

En espérant avoir répondu a ta question...
Un con qui marche ira toujours plus loin que deux intelligents assis.

Une abeille est faite pour manger du miel multi floral et non pas du sucre.... si on était nourri tout un hiver avec des patates, dans quel état serions nous à la fin de l'hiver ?...

https://www.facebook.com/Rucher3Ms

Pille Muguet
Messages : 557
Localisation : Franche-Comté

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#5 » ven. nov. 21, 2014 8:27 am

Je procède de la même façon pour les mêmes raisons. :)
Ruches Voirnot divisibles

Avatar de l’utilisateur
Daniel 59
Modérateur
Messages : 3703
Localisation : région Nord/Pas de calais

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#6 » ven. nov. 21, 2014 9:50 am

Bonjour a tous,

En ce qui concerne la taille de la grappe en hiver, elle est surtout en fonction de la température ext.
Plus il fait froid et plus la grappe se contracte afin de maintenir la température à l'intérieur de celle-ci à plus ou moins 30° Aussitôt que la température se radoucit la grappe se dilate.

Pour la ponte des abeilles d'hiver à partir d'août , il est certain que la ponte de la mère dépend directement des rentrées de nourriture. Plus il y aura de ponte et de couvain plus la grappe à terme sera importante.

Cordialement,
Daniel.
Daniel d'en haut!

Zery
Messages : 280
Localisation : Belgique / Liège

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#7 » sam. nov. 22, 2014 11:19 pm

Salut,
Jusqu'à qu'elle taille la grappe peut-elle se rétracter tout en assurant la température minimum par exemple lorsqu'il fait -20/25C° ?

Le plus bas que j'avais vu dans ma région était -26C° à une telle température par rapport à du -5c°,
elles doivent "carburer plein gaz" pour maintenir cette température minimum ?

Bon WE à tous.
Ce qui est bénéfique pour " l'api-producteur " l'est rarement pour l'abeille,
et inversement...

Avatar de l’utilisateur
Daniel 59
Modérateur
Messages : 3703
Localisation : région Nord/Pas de calais

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#8 » dim. nov. 23, 2014 9:51 am

La taille d'un pamplemousse !

Le danger lorsque la grappe se rétracte très fortement c'est qu'elle risque de perdre le contact avec les provisions. Là la colonie meurt de faim !

Cordialement,
Daniel.
Daniel d'en haut!

Avatar de l’utilisateur
barbichou
Modérateur
Messages : 4419
Localisation : Ronchamp - Haute-Saône (70)
Contact :

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#9 » dim. nov. 23, 2014 11:37 am

Zery a écrit :...Le plus bas que j'avais vu dans ma région était -26C° ; à une telle température par rapport à du -5c°, elles doivent "carburer plein gaz" pour maintenir cette température minimum ?

Salut,

Eh bien non, les déperditions de chaleur ne sont pas beaucoup plus importantes.
Pour t'expliquer ça, dans une maison isolée, tu ne chauffes pas 5 fois plus quand il fait -5 ou -25 et quand tu sors dehors tu ne mets pas 5 pulls, d'ailleurs à partir de -5 ou -7 et -30 tu ne perçois plus la différence de température.
La grappe est composée à l'extérieur d'une couche très compacte d'abeilles en léthargie complète, l'intérieur est chauffé, le miel ramollit et est consommé mais à très petite dose car tout déplacement latéral est impossible.
A ces températures, la reine ne pond plus, il n'y a plus de couvain (sauf changement de météo très brutal) et contrairement à ce qu'on dit la température au centre du noyau est très largement en dessous de 35-36°C. Toute prise de candi est impossible. La plupart des abeilles qui servent d'isolant sont sacrifiées et ne sont pas réintégrées à la grappe et meurent en tapissant le fond de la ruche, contrairement à un froid moins vigoureux.
C'est surtout lorsque la vague de froid dure longtemps que la survie peut donc être problématique car l'accès aux réserves est impossible. Au moindre redoux, la grappe se déplace donc pour accéder à de nouvelles réserves. Dans ma région, on a la bise, un vent d'est très froid, la ruche sert alors d'abri contre le vent car on a alors le phénomène de froid ressenti, redoutable, car -5 ou -7°C avec une bise modérée, cela fait un froid ressenti de l'ordre de -10 à -15°C. On a alors le phénomène de paroi froide dans la ruche, qui est le même que celui d'une maison avec un mur mal isolé qui reçoit le vent glacé et finit par irradier du froid et provoquer un léger courant d'air froid (comme un dessous de porte).
La neige est un très bon isolant contre le froid et surtout le vent, je la laisse, le fond grillagé sous la ruche est suffisant pour assurer le renouvellement en oxygène.
La température à l'intérieur de la ruche est la même qu'à l'extérieur et la vie de la grappe provoque le gel immédiat de la condensation qui peut provoquer une couche d'un ou 2 cm dans les coins de la ruche. Par temps froid et ensoleillé ou enneigé, les abeilles vont tenter de sortir car il leur manque un élément essentiel : l'eau. Celle issue de la condensation étant gelée dans la ruche, elles vont la récupérer sur le haut des brins d'herbe ou brindilles à proximité de la ruche qui fond grâce au soleil et qui est chargée en oligo-élément. Certaines abeilles, prises par le froid vif peuvent alors mourir de façon importante et on les retrouve dans la neige autour de la ruche ou à l'entrée. C'est un phénomène assez courant par ici.

@+ ;)

Zery
Messages : 280
Localisation : Belgique / Liège

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#10 » dim. nov. 23, 2014 1:39 pm

Merci des explications Daniel 59 et barbichou, :wink:
c'est vrai qu'un courant d'air qui emporte la chaleur doit certainement être pire qu'un froid important mais sans vent.
Et entre un -20C° extérieur et garder +35/36c° au milieu de la grappe me paraissait être un dégagement de chaleur énorme. :shock:
Ce qui est bénéfique pour " l'api-producteur " l'est rarement pour l'abeille,
et inversement...

Avatar de l’utilisateur
joanmarius
Messages : 322
Localisation : Bouloc (31620)

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#11 » dim. nov. 23, 2014 2:22 pm

Voici un rapport de Wyatt A. Magnum par chance en Français sur le sujet.
[source : http://www.zoo-logique.org/vs/abeilledu ... ernale.htm ]

"La survie hivernale

Comme d'autres organismes, une abeille produit de la chaleur à l'intérieur de son corps et perd de cette chaleur par la surface de son corps.
Au cours d'une période de froid la température du corps d'un insecte diminue et il survit en trouvant un endroit protégé pour hiberner.
Mais l'abeille n'hiberne pas. En formant une grappe les abeilles réduisent leur déperdition de chaleur et maintiennent une température vitale comme le ferait un organisme à sang chaud.

A une température d'environ 14° C les abeilles commencent à former une grappe. Celle-ci a une forme à peu près sphérique. Les abeilles remplissent les espaces entre les rayons et certaines d'entre elles pénètrent à l'intérieur des cellules vides. Beaucoup d'entre elles occupent l'intérieur de la grappe où elles ne sont pas exposées à la température froide extérieure et à la déperdition de chaleur.
En agissant ainsi les abeilles réduisent la surface totale de leur corps exposé au froid et c'est cette surface réduite de la grappe qui diminue la déperdition de chaleur. Les abeilles dans les cellules vides contribuent à rendre la grappe plus compacte et à diminuer encore les déperditions de chaleur.
En grappe, les abeilles sont capables de maintenir une température bien supérieure à la température ambiante, comme le font de gros organismes en quelque sorte.

En outre, de grosses grappes produisent plus de chaleur et en perdent moins comparées à de petites grappes. En conséquence, une colonie populeuse hivernera mieux qu'une faible.

La grappe formée, des espaces subsistent entre les abeilles et la grappe peut se contracter davantage pour répondre à une baisse de température plus importante. Cette contraction entraîne une diminution supplémentaire de la surface de la grappe ce qui a pour conséquence une réduction supplémentaire de la déperdition de chaleur.
Nous utilisons souvent une façon de faire similaire pour réduire la déperdition de chaleur de notre corps. Par exemple, quand nous replions nos bras et les serrons contre notre corps un jour où il fait frais, nous réduisons la surface de notre corps exposé à l'air frais ce qui en retour nous aide à retenir notre chaleur. Quand une contraction de la grappe n'est plus possible, les abeilles doivent alors répondre à une baisse de température supplémentaire par une production de chaleur.

Pour régulariser la température de la grappe, les abeilles ont différentes fonctions selon leur place dans celle-ci. Les abeilles de l'intérieur de la grappe produisent la chaleur et les abeilles de la périphérie jouent le rôle d'isolant. Les abeilles produisent de la chaleur en contractant leurs muscles de vol, mais sans bouger leurs ailes.
La températures à l'intérieur de la grappe varie en fonction de la présence ou non de couvain.
Quand il y a du couvain, elles maintiennent celui-ci à la température d'élevage, entre 32 et 36 °C. En l'absence de couvain elles maintiennent une température plus basse. Cependant, celle-ci ne descend jamais en dessous de 18° qui est leur limite inférieure pour produire de la chaleur. La production moyenne de chaleur dans une grappe en hiver correspond à la chaleur dégagée par une ampoule de 20 à 40 W.

Plusieurs couches d'abeilles serrées les unes contre les autres forment une coque isolante autour des abeilles produisant de la chaleur. Les abeilles de cette coque sont toutes orientées dans la même direction, la tête tournée vers le centre de la grappe. Cette disposition laisse la couche externe d'abeilles avec leur abdomen exposé à l'air froid de la ruche.
Il est à noter que la colonie ne chauffe pas l'intérieur complet de la ruche mais uniquement la partie qu'elle occupe. Les poils des abeilles accroissent l'efficacité de la coque isolante. En effet, ils ont une structure similaire au duvet d'oie (et non à nos cheveux).
De ce fait, les poils des nombreuses abeilles serrées les unes contre les autres pour former la coque isolante jouent le rôle d'une couverture qui aide la grappe à garder sa chaleur.

Les abeilles qui produisent de la chaleur maintiennent les abeilles de la coque de la grappe à une température plus basse, un petit peu en dessus de 10 °C.
En dessous de 10 °C, une abeille tombe dans un engourdissement comateux puis meurt.
Par conséquent, suffisamment de chaleur doit être produite pour assurer la survie de ces abeilles.

Le miel récolté pendant l'été sert de source d'énergie pour la production de chaleur. Le miel est un composé de sucres simples qui peuvent être rapidement digérés. Ainsi le miel stocké dans la ruche représente une source d'énergie vitale.
Si la grappe perd contact avec cette source d'énergie ou si celle-ci vient à manquer la colonie est alors en danger de mort.

Le risque d'une telle situation est plus grand en fin d'hiver et début de printemps quand l'élevage du couvain a commencé, exigeant une plus grande consommation d'un miel qui risque d'être déjà presque épuisé. D'où l'importance du nourrissement d'automne qui doit être suffisant pour couvrir les besoins de la colonie.

D'après le Docteur WYATT A. MANGUM du Département d'Entomologie de l'Université d'Etat de Caroline du Nord (USA). Article publié dans "American Bee Journal" d'Octobre 1997 et traduit par Jean-Louis Perdrix. "

Cordialement
If you find two beekeepers who agree on everything, that's just one beekeeper talking to a mirror" Wyatt A. Mangum "
Si vous voyez deux apiculteurs d'accord sur tout, c'est juste un apiculteur parlant a un miroir"

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 9777
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Re: Taille de la grappe d'hiver

Message#12 » dim. nov. 23, 2014 8:25 pm

Bonsoir et merci Joanmarius.

Très intéressant, cet article.

J'y apprends, notamment, que les abeilles situées à l'extérieur sont condamnées si la chaleur de la grappe ne suffit pas à les maitenir à 10°. D'où la mort des petites grappes lors des grands froids.

A+
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

Retourner vers « Hivernage »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.