Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

sucre et élevage, gestion de crise moderne

Avatar de l’utilisateur
Cédric47
Anciens
Messages : 373
Localisation : Sud Ouest 47 et 31

sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#1 » dim. mars 15, 2015 2:49 pm

Bonjour,
l'hivernage touche à sa fin, à ce que je peux voir ici et autours de chez moi on dénombre pas mal de pertes (il parait que 30% est devenu la norme chez les pros), heureusement pas chez tout le monde.
Je vois des novices découragés d'avoir perdu leurs premiers essaims, catastrophe pour une première année..
Le printemps arrive, une saison apicole est courte, maintenant haut les cœurs et au travail !
Alors je voudrais débattre de quelques fondamentaux pour une conduite en saison qui prépare bien l'hivernage.

Chez moi en Lot-et-Garonne, mes ruches sont dans un environnement colza/tournesol. Entre les 2 c'est la famine, donc pour les divisions si je ne leur donne pas un coup de pouce le tournesol ne leur suffit pas pour bâtir+faire des réserves suffisantes pour l'hiver.
Je suis obligé de les nourrir après colza pour qu'elles bâtissent, puis elles peuvent faire leurs réserves toutes seules au tournesol.
Je veux dire par là que la gestion des ruches comme le faisait l'abbé n'a plus forcément cours de nos jours, dans un environnement appauvri.
J'y vois un compromis obligatoire, et je préfère faire bâtir au sucre en été que renforcer les provisions en automne avec ce même sucre.

De même, une division simple par an ne suffit plus forcément pour avoir 2 ruches au printemps suivant.
Pertes lors des fécondations, remérages possibles dus aux dérèglements génétiques, climatiques ou surtout pesticides ou pertes d'hivernages inexpliquées, je choisis maintenant de diviser en 3 quand la ruche est au plus fort pour espérer garder mon cheptel au printemps suivant. Quitte donc à faire bâtir au sucre si je n'ai pas de sirop de miel à leur proposer.

Les environnements et les situations sont partout très différents, bien sûr, mais il convient d'avoir une vue d'ensemble sur la saison et de se donner les moyens de ses ambitions. Si la flore ou la météo ne suffit pas, il faut bien compenser d'une manière ou d'une autre, même si ce n'est pas pour avoir une récolte, au moins pour aider les abeilles à survivre.
N'allez pas croire que je prône une apiculture intensive, par mes expériences chez des pros je vois bien les dérives et les problèmes soit-disant insolubles.
Qu'en pensez-vous ?

Avatar de l’utilisateur
moucheamiel
Messages : 99
Localisation : MISEREY SALINES 25 DOUBS
Contact :

Re: sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#2 » dim. mars 15, 2015 8:58 pm

Cédric47 a écrit :Je veux dire par là que la gestion des ruches comme le faisait l'abbé n'a plus forcément cours de nos jours, dans un environnement appauvri.

Salut,

Tout à fait d'accord avec cette douloureuse conclusion. L'abeille n'a plus sa place dans ces écosystèmes appauvris. Sans intervention humaine, elle y disparaîtrait.
La finalité que tu poursuis est le maintient de l'abeille dans ces milieux et ton action permet de subvenir au manque d'une nature dévastée. Ton choix est certainement le moins pire pour les abeilles...

Personnellement, je fuis les zones de cultures et j'essaie de trouver des endroits de butinages où le remembrement n'a pas été trop féroce. C'est de plus en plus difficile. J'habite une région d'élevage où les fleurs de prairies n'existent que sur les prospectus publicitaires pour venter la qualité des pâturages du comté. Dans la vraie vie, elles sont fauchées avant la floraison et comme les engins sont de plus en plus gros, on a enlevé les haies. On rebouche les dolines et on arase tout ce qui dépasse. Bon, il reste les forêts à butiner ...

J'ai quand même bien peur que l'apiculture "assistée" que tu pratiques ne devienne progressivement la norme.

Mais je me trompe certainement.

A+ :wink:
http://www.abeillecomtoise.fr/

lierre
Anciens
Messages : 758
Localisation : 10

Re: sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#3 » dim. mars 15, 2015 9:20 pm

Salut,
J'ai cette chance d'avoir autre chose que du colza et tournesol (que je n'ai pas d'ailleurs). Pour le bien des abeilles, je ne sais ce qui serait le mieux de faire entre laisser tomber et assister.
Je ne pense pas que cette situation va empirer, on est au plus bas, l'agriculture est devant une grande impasse et certains commencent à changer. L'avenir, c'est l'agroforesterie, des cultures associées etc...
Bon courage !
BZZZ "ouah la vache!" BZZZZ "il y en a partout !!"; mes premieres sensations en apiculture ... printemps 2008

Zery
Messages : 323
Localisation : Belgique / Liège

Re: sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#4 » mar. mars 24, 2015 9:13 pm

Aujourd'hui, j'ai fait la désagréable découverte d'arbre que j'avais planté sur terrain, le fermier vient empiéter sur les terrains "non revendiqués" adjacents

Ils n’essaie pas de prendre directement des lopins de terre mais de grapiller cm par cm d'année en année
car il y a parfois des gros débris en bordure de terrain et y vont par petit pour ne pas casser leurs machines.

Il a utilisé son pneu avant comme un rouleau compresseur, est monté sur le plant qui fait pourtant un bon 5 cm de tronc et plus de 3 mètres de haut. Fallait vraiment vouloir rouler dessus.
Il a arraché de l’écorce et je suis bon pour mettre du baume cicatrisant ; et mettre un tuteur qui dissuadera les 170 ch qu'il a sous le capot. :twisted: :twisted: :twisted:
C'est sensé donner un haute-tige fruitier.

Moralité :0
respire mes pesticides mais ne vient pas me faire de l'ombre sur mon champs avec tes arbres à la con. :bravo
Ce qui est bénéfique pour " l'api-producteur " l'est rarement pour l'abeille,
et inversement...

NATH
Messages : 101
Localisation : Bonny sur Loire-Loiret

Re: sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#5 » mer. mars 25, 2015 12:07 am

Bonsoir Zery, comme tu dis, cm par cm ; lorsque j'habitais le plateau de Herve (que tu dois connaitre) j'avais mon voisin (qui était mon proprio) qui lorsqu'il pulvérisait ses saloperies, voyait très très large, l'herbicide venait chez moi j'avais des dizaines de mètres de framboisiers hs complétement cramés ! Il s'en foutait complétement, également lors de l'épandage de lisier de porcs, on passait son temps à laver la voiture (cela bouffe la peinture). Ton récit concernant ton fruitier ne m'étonne pas malheureusement pas, beaucoup de ces.....(j'ai pas dit tous) sont sans gène !
Bon courage à toi.
Cordialement
Nath

Avatar de l’utilisateur
.Manu
Messages : 721
Localisation : ile et vilaine (35)

Re: sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#6 » mer. mars 25, 2015 1:59 am

Salut
Haha heureux de voir que je ne suis pas seul à avoir du mal à les encadrer, et plus ça va pire c'est, et pourtant je viens de familles d'agriculteurs.

Mais faire attention à tout en ne traitant pas, en ne laissant pas de déchets à traîner sur son terrain, et voir des jean-mosanto tout massacrer à petit feu, parce qu'on leur a dit de faire comme ça ...

Le pire c'est pour ceux qui s'intéressent à la vie des sols ou à la nature en général. C'est pas simple de devoir, impuissant, contempler ces crétins, parce que oui pour employer le modèle agricole imposé je pense qu'il ne faut pas avoir la lumière à tous les étages, ou avoir un esprit bien malsain.
Et je pense qu'on n'est pas encore à l'apogée de la connerie, nos gracieuses multinationales ont encore de beaux jours devant elles, puisqu'il faut "nourrir la planète".

Avatar de l’utilisateur
xebeche
Messages : 899
Localisation : morbihan

Re: sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#7 » mer. mars 25, 2015 8:09 am

comme on dit par chez moi : ils sèment jusque dans les fossés de bord de route ...
"la seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute"

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 10712
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Re: sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#8 » ven. mars 27, 2015 9:46 pm

Bonjour,

Ce n'est pas si simple. Petit à petit, il y a une prise de conscience aussi chez les agriculteurs. Nombreux sont ceux qui passent en bio car ceux qui savent observer voient bien que leurs anciens ont presque tous attrapé de sales maladies liées aux produits qu'on leur conseillait de déverser sur leurs champs. Du coup, d'une part, ils s'équipent pour se protéger, dommage pour nos abeilles, mais aussi, ils s'orientent vers des modes de culture plus raisonnables et moins polluants.
Mais c'est un luxe que tous ne peuvent se permettre et, du coup, certains continuent de répandre des tonnes de poison au nom d'une rentabilité qui reste à démontrer.

A+
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

Chris jeu
Messages : 7

Re: sucre et élevage, gestion de crise moderne

Message#9 » sam. mars 28, 2015 6:58 am

Bonjour je viens de croiser un vieil apiculteur pour qui le nourrissage via les nourrisseurs internes est le début des maladies, puisqu'au lieu de sortir se "vider" a l'extérieur les béez le font à l'intérieur de la ruche, sur les cadres et le couvain...

Retourner vers « Methodes de conduite »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.