Page 2 sur 20

Posté : mar. mai 27, 2008 6:59 pm
par guillaume31
Grille à reine

Rapiculteur je ne crois pas que la grille à reine bloque les reines vierges, je pense qu'elle ne bloque que les reines qui pondent.

Bonne question, bloque-t-elle une reine fécondée qui est en arrêt de ponte ?

Posté : mar. mai 27, 2008 8:41 pm
par Ibis
Enruchement

Bonsoir à tous,

Voici ce que j'ai fait dernièrement pour enrucher un essaim.

Capture d'un petit essaim 1 à 2 kg maxi un soir vers 19 heures, mis directement dans un élément avec quatre barrettes amorcées et laissé sur place pour la nuit.
Le lendemain vers 21 heures 30, je suis retourné sur les lieux et j'ai emmené tout ce petit monde directement au rucher (à moins de 3 km de là) ! J'ai nourri pendant trois jours et un ami apiculteur m'a dit que ce n'était pas nécessaire car nous sommes en pleine miellée.

Huit jours plus tard, six barrettes étaient étirées, j'ai donc rajouté deux éléments avec barrettes amorcées, et là je n'y touche plus avant fin août.

merci - Yves.

Conduite de la Warré, et si on récapitulait ?

Posté : mar. mai 27, 2008 9:34 pm
par Michel
Enruchement

Bonjour,

Pourquoi mettre l'essaim en cave : Le but est de lui imposer l'adoption de sa nouvelle ruche. Avant la "découverte" de la grille à reine, il fallait bloquer complètement l'essaim dans la ruche pendant une période assez longue pour qu'il ait fini de consommer ses réserves (miel stocké dans le jabot), commencé à bâtir et que la reine ait repris sa ponte. A ce stade, on peut parier que l'essaim ne partira plus.
Avec une grille à reine, la reine est prisonnière et cela contraint l'essaim à rester jusqu'à ce que la reine ait pondu. Après, il ne repartira plus et on peut enlever la grille.
Le maintien en cave s'impose pour un essaim qui sort de son rucher, il vaut mieux le laisser dans un endroit sombre et frais (cave, placard ventilé, etc.), trou de vol fermé, pendant trois jours, le temps que les butineuses perdent la mémoire de l'emplacement de leur ruche de départ.
Concernant le nourrissement, il ne s'impose que si on garde l'essaim cloîtré plus d'une nuit ou si, une fois placé dans le rucher, trou de vol barré par la grille à reine mais ouvert, la floraison aux environs ne semble pas suffisante pour combler l'appétit de nos abeilles. En cette saison, effectivement, il ne s'impose pas dès que la porte de la ruche permet aux butineuses de sortir.

Ceci étant, il peut arriver qu'un essaim capturé longtemps après son départ en essaimage accepte sans difficulté une ruche, fût-elle neuve mais c'est risqué. Il est conseillé de mettre un peu de propolis ou de vieille cire (mais surtout pas de miel - risque de pillage) et de frotter des feuilles de mélisse sur le plan d'envol pour inciter l'essaim à rester. J'avoue l'avoir fait une fois ou deux... avant de comprendre que rien ne vaut la grille à reine.

J'espère avoir été clair.

Bon courage,

Posté : mer. mai 28, 2008 6:26 am
par albireo
Grille à reine

effectivement les grilles à reines ne bloquent que les reines fécondées et je dirais même en pleine ponte.

Posté : mer. mai 28, 2008 7:02 am
par Veronika
Enruchement

Bonjour à tous et encore merci pour cette "formation en ligne".
Je comprends bien, et l'intérêt de la mise en cave, et la nécessité de poser une grille à reine...
Je pense, avec vos explications, qu'il vaut mieux aussi mettre des cadres de cire gaufrée plutôt que des amorces de cire sur barrettes qui, si je suis la logique, retarde la ponte puisque les filles doivent étirer les rayons auparavant.
Quand faut-il rajouter le 3ème élément ?
Bonne journée à tous, :wink:
Véronika

Conduite de la Warré, et si on récapitulait ?

Posté : mer. mai 28, 2008 7:29 am
par Michel
Enruchement et construction

Bonjour,

Bien évidemment, plus on leur fournit de moyens pour "meubler" leur intérieur, moins il leur faut en produire mais ce n'est pas un impératif. Un essaim capturé construit très vite ses premiers rayons de cire.
Evidemment, si on fait la course à la production de miel, on gagne du temps avant la miellée mais je ne suis pas dans cette optique. Je ne dope pas mes ruches et je prends ce qu'elles arrivent à produire sans forcer.
A+

Posté : mer. mai 28, 2008 9:53 am
par guillaume31
Construction

Bonjour Veronika, tu dis : "Je pense, avec vos explications, qu'il vaut mieux aussi mettre des cadres de cire gaufrée plutôt que des amorces de cire sur barrettes qui, si je suis la logique, retarde la ponte puisque les filles doivent étirer les rayons auparavant."

Je n'en suis pas sûr et j'aimerais avoir des avis car l'abbé Warré dit dans la 12ème édition de son livre qu'il a constaté que les abeilles étiraient aussi vite des cadres avec barrette qu'avec cire gaufrée.
Avez-vous constaté une telle chose ?

Posté : mer. mai 28, 2008 10:54 am
par albireo
Construction

qu'il a constaté que les abeilles étiraient aussi vite des cadres avec barrette qu'avec cire gaufrée.

Un peu de théorie :D

Dans le cas de la cire gaufrée, les abeilles allongent les alvéoles en utilisant en partie la cire à leur disposition : la cire gaufrée

Dans l'autre cas, elles construisent elles-mêmes leurs rayons avec leur propre production, ce qui est complètement différent. Or, pour produire 1 kg de cire, l'abeille consomme environ 10 kg de miel (chiffre communément admis).

Un corps Warré doit contenir environ 500 à 600 gr de cire soit une consommation de 5 kg de miel. Si la miellée bat son plein, pas de problème. En période de disette, il en va tout autrement.

Comme on ramasse les essaims souvent pendant la miellée on ne s’aperçoit pas de cet état de fait, les abeilles construisent mais elles amassent moins (c'est un peu plus dur pour elles). :(

Sujet du forum

Posté : mer. mai 28, 2008 5:41 pm
par François
Agrandissement

Bonsoir à tous,
Bonsoir Michel,
Sur la seconde question :

L'essaim a adopté sa nouvelle demeure sur deux éléments. Il a commencé à bâtir celui du haut puis celui du bas. Quand met-on le troisième élément ? Vaut-il mieux mettre une grille à reine entre le 2° et le 3° étage afin de récolter du miel dans ce dernier ?
J'ai personnellement deux façons de faire. Il y en a certainement d'autres - La grille à reine est souvent un obstacle pour la montée en hausse - une autre méthode consiste à placer un carré de plastique de 25 x 25 cm obligeant ainsi les abeilles à monter dans les hausses par les côtés . En principe la reine ne monte pas car les rayons en rive sont plutôt utilisés pour le pollen.

La première et la plus simple pour une essaim moyen : dès que les deux éléments sont occupés par miel et couvain je place le troisième élément avec grille à reine - nous sommes à la mi-mai - un quatrième élément sera placé ensuite courant juin si le troisième est au 3/4 plein - dans ce cas on récoltera le 3ème et le 4éme élément en leur retirant quelques rayons à placer dans le second élément pour les provisions d'hiver - il faudra cependant prévoir de nourrir. Cette façon de faire permet en principe de récolter du miel de printemps. Mais il faudra également penser à renouveler les cires - c'est en quelque sorte la méthode Dadant utilisée en Warré

Ma deuxième façon de faire c'est la plus normale pour le respect du travail de nos abeilles :
A pratiquer sur une colonie très forte, deuxième quinzaine d'avril placer un troisième élément sans grille à reine avec coussin sur le dessus - ce sera les provisions d'hiver -
Dés que les abeilles l'occupent, placer le 4ème élément avec grille à reine, en principe à la mi-mai. Par la suite un 5ème pourra surmonter le tout si la récolte est bonne. Fin août ou même en fin d'hiver retirer le 1er élément du dessous s'il ne contient pas de couvain. Ce qui permet de renouveler automatiquement la cire.
De cette façon, une même ruche pourra une année être conduite avec la première méthode et l'année suivante avec la seconde méthode. Tout dépend de l'importance de l'essaim.
Je n'utilise plus la méthode de mise en place des hausses au dessous (vieux miel - cires pouvant contenir des restes de traitement - pollen etc.. dans l'élément récolté).

à +

Re: Conduite de la Warré, et si on récapitulait ?

Posté : mer. mai 28, 2008 10:23 pm
par Hirondelle50
Agrandissement

Bonjour,

En mettant les éléments par dessous, on ne provoque pas d'appel d'air, les abeilles n'ont pas à réchauffer la ruche et le couvain n'est pas refroidi.

L'abeille construit en descendant, remplit les alvéoles de miel du haut vers le bas (de plus elles ont horreur de passer sur le miel), au fur et à mesure le couvain descend.

Les abeilles nettoient d'une manière impeccable les alvéoles avant d'y déposer le miel.

Les alvéoles qui ont été construits par les abeilles cirières et à leur juste taille, et non à la taille imposée par les cires gaufrées, ne sont pas polluées par les traitements comme dans les ruches modernes puisque l'on ne traite pas dedans.

Michel a écrit :Vraiment, ça me plaît parce que j'avais de sérieuses réticences à retirer par le dessous du miel bourré de couvain et autres impuretés.

L'élément du dessous est occupé par le couvain entouré de pollen et de miel.

Le miel se récolte, s'il y en a suffisamment pour que les abeilles passent la mauvaise saison, dans l'élément du dessus.
Si on a la chance d'avoir un peu de pollen avec le miel, quel bonheur pour le parfum. Certes il est moins clair, mais combien plus riche...

A+
Hirondelle

Re: Conduite de la Warré, et si on récapitulait ?

Posté : jeu. mai 29, 2008 8:04 am
par Michel
Construction

Bonjour,

Merci Hirondelle pour ce point de vue.
J'habite dans le Midi et quand le temps est venu de mettre des hausses, la température extérieure permet largement d'ouvrir la ruche par le haut alors je pose la question : Pourquoi mettre un élément supplémentaire par le dessous avant même que la ruche n'ait recomplété les espaces vidés (miel ou couvain). Cette pratique impose de récolter, en fin de saison, des éléments qui, montés d'un cran, ont passé l'hiver avec l'essaim et ont contenu du couvain à la saison précédente.


En fait, le fond du problème, c'est de faire la part des choses, me semble-t-il, entre les vraies avancées du modèle Warré et les contraintes qu'il nous impose.
La Warré présente des avantages indéniables, à mon sens, tels que le poids réduit de chaque élément, même plein, et l'espace plus adapté à l'hivernage de l'essaim. Ceci me semble indiscutable.
En revanche, la conduite, que je n'ai pas encore pratiquée, ne me convainc pas. Que gagne-t-on à faire monter ainsi les éléments du bas vers le haut ? Cela permet de faire tourner les cires ?


A bientôt,

Posté : jeu. mai 29, 2008 10:41 am
par Hirondelle50
Conduite

Bonjour,

Je me pose une question :

Comment pouvoir récapituler une marche à suivre pour la conduite de la Warré, sachant qu'il y en a au moins trois types ?

    - La ruche Warré originale conçue par l'abbé Warré (la ruche populaire). Ruche à barrettes qui "fonctionne" en respectant le mode de vie naturel de l'abeille. Comme si nous observions un essaim dans la nature.
    Le matériel est réduit au minimum pour qu'un plus grand nombre de personnes puisse en posséder à peu de frais.

    - La ruche Warré à vitre arrière. Amélioré par J-Cl Guillaume en ajoutant une vitre. Elle respecte le mode de vie naturel et sauvage de l'abeille. Elle permet de visualiser par la vitre l'évolution de la ruche.
Pour les 2 premières le mode de fonctionnement se fait en mettant les éléments par le dessous. De ce fait, on ne refroidit pas la ruche ni le couvain. On va dans le sens du travail de l'abeille à l'état sauvage : de haut en bas.

    - la Warré à cadres : Les apiculteurs utilisent la caisse Warré qui a un volume idéal. Son mode de fonctionnement est complètement différent et se rapproche de la ruche moderne.
Les éléments sont mis par le haut d'où refroidissement du couvain lors de l'ouverture de la ruche (appel d'air, ça fait cheminée).
On est à contre sens de la vie de l'abeille sauvage.

Utilisation plus onéreuse : achat de cire gaufrée qui souvent subit des traitements chimiques (détracteurs).

A+
Bonne journée
Hirondelle

sujet du forum

Posté : jeu. mai 29, 2008 2:04 pm
par François
Agrandissement

Bonjour,

Pour répondre à Hirondelle 50 qui utilise la méthode de l'abbé Warré (hausses en dessous), après tout si c'est son plaisir...
Les abeilles ont deux instincts :
Monter elles aiment car c'est comme cela que l'on récolte un essaim dans une ruche en paille - Si l'essaim est secoué devant la ruche elles montent naturellement par contre il est beaucoup plus difficile de les faire descendre dans une ruche.
Descendre ce n'est pas vraiment ce qu'elle font dans un arbre, elles construisent à la suite et vers le bas puisque qu'elles sont déjà en haut.

Alors le haut ou le bas pour la hausse, il faut choisir pour notre facilité. J'ai choisi le haut alors qu'autrefois j'agrandissais par le bas.
à +

Posté : jeu. mai 29, 2008 3:19 pm
par Paul N
Agrandissement

Bonsoir,

Warré ne se contentait pas d'agrandir par le bas, il agrandissait aussi par le haut avec la demi-hausse.

Paul N

Posté : jeu. mai 29, 2008 4:20 pm
par Yann 35
Agrandissement

Bonjour,

D'après ce que j'ai lu (je débute), il semble que la Warré ne soit pas la ruche idéale pour agrandir par le haut, car les rayons sont peu nombreux et ils contiennent rapidement tous du miel dans leur partie supérieure.
Or les abeilles détestent (apparemment) "passer" sur le miel operculé.
Donc si on agrandit par le haut une ruche Warré qui contient déjà du miel en haut de ses rayons, les abeilles vont être réticentes à monter. Il peut y avoir un risque d'essaimage, elles se sentent à l'étroit alors qu'un élément vide est disponible au dessus. Je crois que c'est arrivé à Belgo (lu dans le forum dernièrement).
La ruche Dadant ne présente pas ce problème car elle est plus large et possède plus de rayons et au moment d'agrandir, il y a rarement du miel en haut de tous les rayons.
Donc pour résumer, agrandir par le bas est une contrainte de la Warré qui découle de ses dimensions avantageuses pour les abeilles : on ne peut pas tout avoir ! :)