Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

Miel et cicatrisation

Avatar de l’utilisateur
Senso
Messages : 67
Localisation : Saint Leu Réunion

Miel et cicatrisation

Message#1 » lun. déc. 29, 2014 7:49 am

Miel et cicatrisation :

Substance sucrée naturelle produite par les abeilles à partir du nectar de plantes ou de sécrétions provenant de parties vivantes des plantes ou des excrétions laissées sur celles-ci par des insectes suceurs, qu'elles butinent, transforment, en les combinant à des matières spécifiques propres, déposent, déshydratent, entreposent et laissent mûrir dans les rayons de la ruche.

[b]Composition : [/b]
32% Glucose
38% Fructose
18% Eau
7% Maltose
3.5% Vitamines, flavonoïdes, enzymes
1.5% Sucres divers
1% saccharose

Chaque miel est antiseptique, bactéricide et cicatrisant.

Toutes les plaies sont colonisées (présence de bactéries) et un pansement se doit de respecter l'écosystème bactérien (pas d'antiseptique systématiques, pas d'antibiotique local ou oral...)
La cicatrisation en milieu humide est favorable à la croissance cellulaire ainsi qu'un pH acide (le pH d'une plaie a tendance à aller vers un pH neutre)

On distingue 3 phases dans la cicatrisation et le miel intervient dans ces 3 phases.

Phase vasculaire (avec possible phase exsudative)

Formation d'amas plaquettes + fibrine qui isole la plaie et arrête le saignement.
Phase exsudative avec nécrose et fibrine (on rencontre cette phase surtout dans les plaies chroniques type escarre/ulcères) : formation de débris cellulaires / tissulaires (présence possible de "pus", peau morte et noircie, cicatrisation lente voire impossible..)

Le but étant dans cette phase de nettoyer la plaie et limiter ce milieu.

Place du miel : le miel est efficace pour nettoyer
--> L'abeille possède une enzyme, la gluco-oxydase, qui au contact du glucose crée du peroxyde d'hydrogène (Eau oxygénée) à faible dose.
Cette eau oxygénée active d'autres enzyme au sein de la plaie qui vont détruire ce milieu de culture (débridement autolytique)
--> La forte osmolarité du miel secondaire à sa concentration en sucre (sa capacité à capter l'eau) génère un courant ( l'eau va du milieu le moins concentré vers le plus concentré). Cela va agir comme un drainage. Draine ainsi, oedème, cellules mortes et appel aussi cellules réparatrices, liquides nutritifs et oxygène.
Il capte l'eau de la plaie en permanence (l'eau est indispensable aux développement des bactéries).
Il crée un courant permanent et évite la macération.
--> anti oxydant puissant

Phase de granulation :

Formation d'un bourgeon c'est-à-dire une pré-cicatrisation (rouge vif luisant tapissant les plaies).
La plaie est débarrassée des débris, cette phase précède la ré-épithélialisation (formation de la nouvelle peau).
Il est important de maintenir la plaie dans un milieu humide et ne pas détruire l'écosystème s'y trouvant.

Place du miel : miel est efficace pour stimuler cicatrisation
--> Il nourrit les cellules réparatrices par sa richesse en oligo-éléments
--> Son pH acide (3,5/4,5) engendre une libération d'oxygène par l'hémoglobine
--> L'eau oxygénée stimule la formation de nouveaux tissus et vaisseaux tout en continuant de maitriser le risque d'infection.

Phase d'épithélialisation :

C'est la phase finale, qui recouvre la plaie, plaie rosée, fragile

Place du miel :
--> Par sa richesse en glucose, minéraux ... il apporte les nutriments nécessaires, maintient un pH acide et contrôle l'infection. Il encourage la formation de nouveaux vaisseaux limitant le manque d'oxygène de la plaie (ischémie).

--> La viscosité du miel intervient dans les 3 phases et fait un effet "barrière" prévenant l'infection externe

--> Le miel diminue également la douleur.

Dans le cas d'infection, il remplace l'antibiotique local qui détruit la flore tissulaire et ralentit la cicatrisation.

Le miel est peu couteux et intervient à tout les stades de la cicatrisation.
Il s'en suit une plus belle cicatrisation.

A retenir :
- ph acide + Eau oxygénée + anti oxydant = maitrise infection
- évacue œdèmes, débris cellulaires
- évite surinfections par effet barrière
- nourrit et stimule

Avatar de l’utilisateur
Daniel 59
Modérateur
Messages : 3702
Localisation : région Nord/Pas de calais

Re: Miel et cicatrisation

Message#2 » lun. déc. 29, 2014 8:45 am

Bonjour à tous,

Je viens d'apprendre beaucoup de choses!.
Merci pour le partage.

Cordialement,
Daniel.
Daniel d'en haut!

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 9740
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Re: Miel et cicatrisation

Message#3 » lun. déc. 29, 2014 10:18 am

Bonjour et merci, Senso, pour cet exposé clair et concis !

Je peux témoigner de l'incroyable efficacité du miel comme cicatrisant. Je me suis "tronçonné" 1 cm de pouce, heureusement sans toucher l'os, et, après nettoyage à l'alcool, j'ai appliqué mon miel liquide sur la plaie sous une gaze.
J'ai renouvelé le miel et la gaze chaque jour et en une semaine, la plaie était fermée, propre et, le plus surprenant, les chairs se sont régénérées à l'identique alors que je m'attendais à avoir un pouce "amoché" pour toujours.

Au plaisir.
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
Senso
Messages : 67
Localisation : Saint Leu Réunion

Re: Miel et cicatrisation

Message#4 » lun. déc. 29, 2014 10:29 am

Michel a écrit :Bonjour et merci, Senso, pour cet exposé clair et concis !

Je peux témoigner de l'incroyable efficacité du miel comme cicatrisant. Je me suis "tronçonné" 1 cm de pouce, heureusement sans toucher l'os, et, après nettoyage à l'alcool, j'ai appliqué mon miel liquide sur la plaie sous une gaze.
J'ai renouvelé le miel et la gaze chaque jour et en une semaine, la plaie était fermée, propre et, le plus surprenant, les chairs se sont régénérées à l'identique alors que je m'attendais à avoir un pouce "amoché" pour toujours.

Au plaisir.


De rien :wink:
Oui l'avantage en plus sur une plaie profonde, c'est que le miel fait office de "mèche" c'est à dire qu'il comble tout l'espace vide dans la plaie et entraîne une cicatrisation complète et lisse.

Avatar de l’utilisateur
panpone
Messages : 1835
Localisation : Lanester 56

Re: Miel et cicatrisation

Message#5 » lun. déc. 29, 2014 11:01 am

bonjour

Très intéressant ! Par comparaison avec le résidu de cire / propolis que j'utilise et qui contient encore un peu d'alcool, le miel respecterait mieux la flore tissulaire locale, puisqu'il ne contient pas d'antiseptique "brutal" comme l'alcool qui peut perturber le processus régénératif.
Étant un peu bricoleur maladroit, je ne manque pas d'entailles et de coupures diverses sur lesquelles je vais pouvoir faire des comparaisons !
:-bravo
Jean-Paul


conseil au nouveaux arrivants : pensez à préciser votre localisation sur votre profil, au moins département et ville, plus si vous voulez, afin d'être visible sur la carte de localisation des apiculteurs warré
Merci

sebi008
Messages : 80
Localisation : dans le rethellois, ardennes

Re: Miel et cicatrisation

Message#6 » lun. déc. 29, 2014 11:10 am

J'ai entendu dire que le miel issu de WARRE (ou autre d'ailleurs) par broyage. était plus "chargé" en reste de propolis pollen Etc ...?
Ce qui serait un atout dans cette utilisation non ?
Modifié en dernier par sebi008 le lun. janv. 05, 2015 12:41 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Senso
Messages : 67
Localisation : Saint Leu Réunion

Re: Miel et cicatrisation

Message#7 » ven. janv. 02, 2015 12:09 pm

Oui c'est un atout surtout le broyage car il conserve les susbtances volatiles qui disparaissent à la centrifugueuse. Plus un miel est intact dans une ruche saine (cire récente), plus il a des effets bénéfiques!

Retourner vers « Produits de la ruche »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.