Page 2 sur 4

Re: Warré menée sans barrette

Posté : lun. juin 11, 2018 10:03 pm
par Alekil
Si tu laisses tes colonies essaimer, ça entraîne une rupture de ponte qui interrompt de cycle de reproduction du varroa. Cela peut expliquer, au moins en partie, le fait que le parasite n'atteigne pas le seuil critique dans tes colonies.

Re: Warré menée sans barrette

Posté : lun. juin 11, 2018 10:10 pm
par Michel
Bonsoir et merci pour tes encouragements :oops: .

pili a écrit :...Je n'ai encore jamais vu d'abeilles aux ailes déformées. Ils me semblent donc être en bonne forme;...

A l'expérience, il me semble que lorsqu'on voit les symptômes de la varroose (ailes déformées, couvain en mosaïque, etc), il est déjà un peu trop tard et cela demande alors de gros efforts pour sauver une colonie qui ne mourra pas forcément à l'hiver suivant mais souvent dans l'année suivante.

pili a écrit :...Tu penses qu'aider des peuples faibles est utile à l'abeille. Je crois, au contraire, que le bien de l'abeille sur le long terme est de la rendre résistante à son environnement...

Je te rejoins mais pas sur le procédé. Il me semble que ceux qui se sont penchés sur cette question s'accordent sur le fait que d'assister l'abeille à l'aide de produits chimiques, ce n'est que reculer pour mieux sauter, enfin faire sauter le varroa de plus en plus haut dans les dégâts qu'il nous causera. Cela fait bientôt 40 ans qu'il nous empoisonne la vie et nous en sommes toujours au même stade, à réduire sa pression localement et momentanément. Mais je ne pense pas qu'il soit judicieux de laisser mourir 95% ou 99% de nos colonies juste pour faire le pari que quelques souches réussiront à résister au varroa et à assurer la pérennité de l'espèce "abeille". C'est probable mais, à supposer que ça marche, cela aurait un coût inacceptable, crois-je, alors que nous pourrions nous contenter d'identifier ces souches résistantes et les multiplier (par division, trop forts, les maths en apiculture !) pour remplacer, progressivement, les souches sensibles voire les renforcer par croisement.

Mais, en attendant, je préfère voir mes ruches vivre.

A+

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mar. juin 12, 2018 3:19 am
par pili
Alekil a écrit :Si tu laisses tes colonies essaimer, ça entraîne une rupture de ponte qui interrompt de cycle de reproduction du varroa. Cela peut expliquer, au moins en partie, le fait que le parasite n'atteigne pas le seuil critique dans tes colonies.


L'essaimage fait partie de la vie normale d'un peuple d'abeilles. Même les apiculteurs qui luttent contre ce comportement naturel de l'abeille n'y arrivent pas toujours. Je serais curieux de connaître le "taux d'empêchement" de ces essaimages? Personne n'observe sa ruche 100 % du temps. Mais il y a peut-être eu des études rigoureuses.

Question plus fondamentale: est-il bon pour l'abeille de lutter contre ce comportement naturel? Bien sûr que la récolte sera réduite. Et un pro qui en vit est souvent soumis à de telles contraintes qu'il va lutter contre. Mais la question éthique reste posée.

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mar. juin 12, 2018 4:12 am
par pili
Michel a écrit :A l'expérience, il me semble que lorsqu'on voit les symptômes de la varroose (ailes déformées, couvain en mosaïque, etc), il est déjà un peu trop tard et cela demande alors de gros efforts pour sauver une colonie qui ne mourra pas forcément à l'hiver suivant mais souvent dans l'année suivante.


J'en prends note.

Michel a écrit : Je te rejoins mais pas sur le procédé. Il me semble que ceux qui se sont penchés sur cette question s'accordent sur le fait que d'assister l'abeille à l'aide de produits chimiques, ce n'est que reculer pour mieux sauter, enfin faire sauter le varroa de plus en plus haut dans les dégâts qu'il nous causera. Cela fait bientôt 40 ans qu'il nous empoisonne la vie et nous en sommes toujours au même stade, à réduire sa pression localement et momentanément.


Nous sommes d'accord sur la question des produits chimiques.
Par contre, je pense qu'apis mellifera a commencé à s'adapter à ce nouveau parasite. Les taux d'infestation des colonies ne semblent plus être ce qu'ils ont été il y a 40 ans.

Michel a écrit : Mais je ne pense pas qu'il soit judicieux de laisser mourir 95% ou 99% de nos colonies juste pour faire le pari que quelques souches réussiront à résister au varroa et à assurer la pérennité de l'espèce "abeille". C'est probable mais, à supposer que ça marche, cela aurait un coût inacceptable, crois-je, alors que nous pourrions nous contenter d'identifier ces souches résistantes et les multiplier (par division, trop forts, les maths en apiculture !) pour remplacer, progressivement, les souches sensibles voire les renforcer par croisement.

Mais, en attendant, je préfère voir mes ruches vivre.

A+


Je comprends que tu souhaites que tes ruches perdurent. Mais est-ce bon pour l'abeille que tout peuple survive?

Les chiffres de 90 à 95 % sont alarmistes et ne reposent pas sur des études sérieuses. David Heaf, un membre gallois du forum, a donné des chiffres tout différents. Dans l'étude comparative qu'il mentionne, il y avait même moins de pertes parmi les apiculteurs qui ne traitent pas que parmi ceux qui traitent. Seules des études statistiques de ce genre peuvent décider de la meilleure stratégie à tenir.

Un autre facteur qui devrait être mieux connu et étudié est la densité de ruches au km². Si notre Terre est belle et vaste, elle n'est pas infinie.

A +.

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mar. juin 12, 2018 7:13 am
par Alekil
pili a écrit :
Alekil a écrit :Si tu laisses tes colonies essaimer, ça entraîne une rupture de ponte qui interrompt de cycle de reproduction du varroa. Cela peut expliquer, au moins en partie, le fait que le parasite n'atteigne pas le seuil critique dans tes colonies.


L'essaimage fait partie de la vie normale d'un peuple d'abeilles. Même les apiculteurs qui luttent contre ce comportement naturel de l'abeille n'y arrivent pas toujours. Je serais curieux de connaître le "taux d'empêchement" de ces essaimages? Personne n'observe sa ruche 100 % du temps. Mais il y a peut-être eu des études rigoureuses.

Question plus fondamentale: est-il bon pour l'abeille de lutter contre ce comportement naturel? Bien sûr que la récolte sera réduite. Et un pro qui en vit est souvent soumis à de telles contraintes qu'il va lutter contre. Mais la question éthique reste posée.


Ah mais tu prêches une convaincue! L'essaimage est le mode de reproduction de l'abeille, un processus naturel qui relève de l'instinct de survie de l'espèce.

Le cas des professionnels est à part. Ils ont évidemment des contraintes économiques qui, à mon avis, ne s'appliquent pas à l'apiculture "de loisir" à l'échelle familiale.

Toutefois, je comprends complètement que, professionnel ou amateur, on n'ait pas envie de perdre la moitié de ses colonies, avec les reines qui sont dedans. Mais plutôt que de lutter contre ce processus naturel par des méthodes intrusives qui dérangent les colonies (ouvrir les ruches tous les 5/7 jours pour casser les CR...), on peut choisir de le contrôler (divisions, essaims artificiels...) ou de l'accompagner (essaimage artificiel par tapotement, transvasement), et bénéficier ainsi des avantages liés à l'essaimage (rupture de ponte, renouvellement du cheptel) sans risquer de perdre les essaims. Voilà où j'en suis dans mes réflexions concernant l'essaimage... cela dit, on s'écarte du sujet d'origine, là :wink:

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mar. juin 12, 2018 9:50 pm
par Michel
Bonsoir,

pili a écrit :...Les chiffres de 90 à 95 % sont alarmistes et ne reposent pas sur des études sérieuses. David Heaf, un membre gallois du forum, a donné des chiffres tout différents. Dans l'étude comparative qu'il mentionne, il y avait même moins de pertes parmi les apiculteurs qui ne traitent pas que parmi ceux qui traitent. Seules des études statistiques de ce genre peuvent décider de la meilleure stratégie à tenir...


Je me base sur des sondages effectués par le GDSA de l'Aveyron, où je réside, et qui donne 100% de mortalité pour les ruches sans traitement, cette année. Evidemment, ça ne repose pas sur des milliers de données mais ça me suffit.

A+

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mer. juin 13, 2018 7:22 am
par ed.chimar
Michel a écrit :Bonsoir,

pili a écrit :...Les chiffres de 90 à 95 % sont alarmistes et ne reposent pas sur des études sérieuses. David Heaf, un membre gallois du forum, a donné des chiffres tout différents. Dans l'étude comparative qu'il mentionne, il y avait même moins de pertes parmi les apiculteurs qui ne traitent pas que parmi ceux qui traitent. Seules des études statistiques de ce genre peuvent décider de la meilleure stratégie à tenir...


Je me base sur des sondages effectués par le GDSA de l'Aveyron, où je réside, et qui donne 100% de mortalité pour les ruches sans traitement, cette année. Evidemment, ça ne repose pas sur des milliers de données mais ça me suffit.

A+

Suite aux mortalités hivernales le syndicat de mon département à fait une étude complétée par celui du Calvados et une association de Seine Maritime. Il ressort que les mortalités ont été les plus fortes chez ceux qui font des traitements bio, Elles sont énormes chez ceux qui ne traitent pas, ceux qui ont fait un traitement aux lanieres chimiques s'en tirent mieux sans qu ça explique la totalité des pertes
voici une carte des mortalités
http://unionapicole61.free.fr/uao/actions-uao/mortalites2017-2018/carte-regionale.html

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mer. juin 13, 2018 10:23 am
par pili
ed.chimar a écrit :
Michel a écrit :Bonsoir,

pili a écrit :...Les chiffres de 90 à 95 % sont alarmistes et ne reposent pas sur des études sérieuses. David Heaf, un membre gallois du forum, a donné des chiffres tout différents. Dans l'étude comparative qu'il mentionne, il y avait même moins de pertes parmi les apiculteurs qui ne traitent pas que parmi ceux qui traitent. Seules des études statistiques de ce genre peuvent décider de la meilleure stratégie à tenir...


Je me base sur des sondages effectués par le GDSA de l'Aveyron, où je réside, et qui donne 100% de mortalité pour les ruches sans traitement, cette année. Evidemment, ça ne repose pas sur des milliers de données mais ça me suffit.

A+

Suite aux mortalités hivernales le syndicat de mon département à fait une étude complétée par celui du Calvados et une association de Seine Maritime. Il ressort que les mortalités ont été les plus fortes chez ceux qui font des traitements bio, Elles sont énormes chez ceux qui ne traitent pas, ceux qui ont fait un traitement aux lanieres chimiques s'en tirent mieux sans qu ça explique la totalité des pertes
voici une carte des mortalités
http://unionapicole61.free.fr/uao/actions-uao/mortalites2017-2018/carte-regionale.html


Dans le lien que tu donnes, il y a une carte donnant des taux de mortalité variant entre 0 % et 30 %.
Où voit-tu le lien avec le non-traitement ou les différents traitements?

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mer. juin 13, 2018 10:30 am
par pili
Michel a écrit :Bonsoir,

pili a écrit :...Les chiffres de 90 à 95 % sont alarmistes et ne reposent pas sur des études sérieuses. David Heaf, un membre gallois du forum, a donné des chiffres tout différents. Dans l'étude comparative qu'il mentionne, il y avait même moins de pertes parmi les apiculteurs qui ne traitent pas que parmi ceux qui traitent. Seules des études statistiques de ce genre peuvent décider de la meilleure stratégie à tenir...


Je me base sur des sondages effectués par le GDSA de l'Aveyron, où je réside, et qui donne 100% de mortalité pour les ruches sans traitement, cette année. Evidemment, ça ne repose pas sur des milliers de données mais ça me suffit.

A+


Tu as un lien qui montre les chiffres?

David Leaf a donné les résultats d'une étude scientifique. Et certains membres de ce forum, ne traitant pas contre le varroa, affirment plus ou moins la même chose.

A +

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mer. juin 13, 2018 12:54 pm
par MaxKG
Michel a écrit :Bonsoir,

pili a écrit :...Les chiffres de 90 à 95 % sont alarmistes et ne reposent pas sur des études sérieuses. David Heaf, un membre gallois du forum, a donné des chiffres tout différents. Dans l'étude comparative qu'il mentionne, il y avait même moins de pertes parmi les apiculteurs qui ne traitent pas que parmi ceux qui traitent. Seules des études statistiques de ce genre peuvent décider de la meilleure stratégie à tenir...


Je me base sur des sondages effectués par le GDSA de l'Aveyron, où je réside, et qui donne 100% de mortalité pour les ruches sans traitement, cette année. Evidemment, ça ne repose pas sur des milliers de données mais ça me suffit.

A+


Il serait quand même intéressant d’avoir une étude qui prend en compte différents paramètres et qui les croise. Par exemple la «race» d’abeilles, le type de fécondation, l’utilisation de cires gauffrées...
Mais bon, tout ça prend du temps et coûte de l’argent :roll:

Re: Warré menée sans barrette

Posté : jeu. juin 14, 2018 12:20 am
par Michel
Bonsoir,

pili a écrit :...Tu as un lien qui montre les chiffres?

David Leaf a donné les résultats d'une étude scientifique. Et certains membres de ce forum, ne traitant pas contre le varroa, affirment plus ou moins la même chose...


Non, je n'ai pas de lien. C'est un message que le GDSA a transmis à ses membres.

La thèse de David Leaf est séduisante mais, mis à part dans ses écrits, elle ne semble pas refléter la réalité du terrain français.

A suivre...

Re: Warré menée sans barrette

Posté : ven. juin 15, 2018 7:33 am
par ed.chimar
pili a écrit :
Dans le lien que tu donnes, il y a une carte donnant des taux de mortalité variant entre 0 % et 30 %.
Où voit-tu le lien avec le non-traitement ou les différents traitements?

Sur cette carte le lien entre les differentes conduites n'est pas montré. Le but de cette carte est la localisation des mortalités, cependant le questionnaire qui a conduit à sa réalisation est bien plus complet et a des questions sur le suivi des ruches et leur conduite en général

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mer. juin 20, 2018 4:01 am
par pili
Michel a écrit :Bonsoir,

pili a écrit :...Tu as un lien qui montre les chiffres?

David Leaf a donné les résultats d'une étude scientifique. Et certains membres de ce forum, ne traitant pas contre le varroa, affirment plus ou moins la même chose...


Non, je n'ai pas de lien. C'est un message que le GDSA a transmis à ses membres.

La thèse de David Leaf est séduisante mais, mis à part dans ses écrits, elle ne semble pas refléter la réalité du terrain français.

A suivre...


Bonjour,

Qu'affirmait précisément ce message?

Dans un message précédent, tu affirmais, au contraire, que 2 apiculteurs ne traitaient pas et avaient 0 % de pertes.

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mer. juin 20, 2018 4:10 am
par pili
ed.chimar a écrit :
pili a écrit :
Dans le lien que tu donnes, il y a une carte donnant des taux de mortalité variant entre 0 % et 30 %.
Où voit-tu le lien avec le non-traitement ou les différents traitements?

Sur cette carte le lien entre les differentes conduites n'est pas montré. Le but de cette carte est la localisation des mortalités, cependant le questionnaire qui a conduit à sa réalisation est bien plus complet et a des questions sur le suivi des ruches et leur conduite en général


Il faudrait donc que soit publié les résultats de l'analyse de ce questionnaire.
Sinon l'affirmation d'une forte mortalité est gratuite, et probablement simplement l'œuvre d'un partisan d'un traitement ou l'autre.

Re: Warré menée sans barrette

Posté : mer. juin 20, 2018 8:04 am
par ecoverger
Le questionnement de l'abeille normande du Calvados

[*Bonjour serait-il possible de voir l'étude du Calvados qui a amené à la publication de cette carte http://unionapicole61.free.fr/uao/actio ... onale.html]

a donné la réponse suivante :

[*Désolé, nous n'avons eu pas ces données. Il faudrait les demander aux structures qui ont établies cette facture et dont les bons sont cités dans l'article ou vous rapprocher de l'UAO. Bonne journée]

Ed chimar pourrais-tu nous en dire une peu plus ? Merci à l'avance