Le forum a un nouveau style !


Faites-nous part de vos impressions et signalez-nous les problèmes ICI

Jef, futur apiculteur en Auvergne

Jef
Messages : 52
Localisation : Alaigne, Aude
Contact :

Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#1 » lun. juin 01, 2015 2:57 pm

Bonjour à tous,

alors je me présente, Jef, 33 ans. J'habite pour le moment dans le Münsterland en Allemagne mais l'an prochain j'aimerais retourner en Auvergne, où j'ai habité 3 ans de 2009 à 2012 (je suis Lyonnais).

Je prends depuis peu des cours d'apiculture dans des assos locales ici en Allemagne. L'une où l'on nous apprend à utiliser des ruches à cadres format Deutschnormal (je peux chercher les dimensions si vous êtes intéressés) et une autre en Dadant (je crois 10 cadres, je ne me souviens plus).
Perso je suis intéressé par la ruche Warré écologique comme décrite dans le livre "l'apiculture écologique de A à Z" de Jean-Marie Frérès, mais je ne connais pas les autres Warré modifiées.

Ce qui m'intéresse à vrai dire c'est surtout la méthode de conduite, en particulier le fait de laisser aux abeilles tout le miel dont elles ont besoin, et d'utiliser la technique de transvasement pour éviter au plus possible de traiter les ruches.
Je ne suis pas encore certain de la ruche que je veux utiliser parce que je n'ai pas encore fait le tour de tout ce qui existe. J'ai entendu parler par exemple, notamment sur ce forum, de la Voirnot, mais je n'ai pas trouvé d'info sur son mode de conduite. Il semble qu'il y avait un site internet avant qui a disparu.

Donc voilà, si tout va bien dans un an j'aurai mes premiers essaims, je pense entre 6 et 12 ce serait bien. J'aimerais m'installer quelque part entre Clermont et Brioudes, mes abeilles ont déjà un point de chute possible chez un ami qui fait des plantes médicinale du côté d'Issoire. A terme j'aimerai bien en faire une semi-activité.

La question se posera la deuxième année de comment je pourrai augmenter mon "cheptel". J'ai entendu parler des nucléi par exemple mais Frérès n'en parle pas dans son livre alors il faut que je cherche plus d'info là-dessus...

Normalement je devrai passer une semaine entre Clermont et Issoire mi-fin juillet. Je serais ravi de rencontrer des apiculteurs du coin, alors n'hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressé pour nous rencontrer "en vrai". Sinon au plaisir de faire votre connaissance sur ce forum.

Jef
Présentation de Jef : viewtopic.php?f=116&t=6536

Jef
Messages : 52
Localisation : Alaigne, Aude
Contact :

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#2 » lun. juin 01, 2015 3:18 pm

Mal élevé que je suis, j'oubliais de remercier les créateurs du forum, les administrateurs et tous les apiculteurs qui font profiter les autres de leur expérience ici. Alors un grand merci :bravo
Présentation de Jef : viewtopic.php?f=116&t=6536

Avatar de l’utilisateur
Michel
Admin
Messages : 11412
Localisation : Millau 12 Aveyron France

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#3 » lun. juin 01, 2015 9:41 pm

Bonjour Jef et bienvenue.

Merci pour tes encouragements.

Prends le temps de bien te renseigner d'ici l'an prochain et n’hésite pas à nous poser autant de questions que nécessaire.

Au plaisir.
Michel,

Causses tôt, Causses tard mais Causses toujours... tu m'instructionnes ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
Johan W R
Messages : 68
Localisation : Ariège

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#4 » mar. juin 02, 2015 8:39 am

Bonjour,

sois le bienvenu sur le forum,

cordialement,

Jef
Messages : 52
Localisation : Alaigne, Aude
Contact :

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#5 » sam. nov. 26, 2016 5:38 am

Salut,

malheureusement pas trés actif sur le forum. J'espère que vous et vos abeilles vous portez bien.

Finalement après quelques mois passés sur le massif du Sancy je suis maintenant dans le massif du Livradois, à Saint Hilaire en Haute-Loire. Merci aux modérateurs de bien vouloir déplacer ce sujet du coup.

Du coup à part Castanea, y'a d'autres membres dans le 43 ?

Par ailleurs je pense inviter mes amis passionnés d'abeilles à venir découvrir mon nouveau chez moi un weekend prochain et échanger sur nos saisons apicoles 2016 et la prochaine de 2017. Si Castanea ou d'autres auvergnats veulent venir ce sera avec plaisir.

a+
Jef
Présentation de Jef : viewtopic.php?f=116&t=6536

Manulab
Modérateur
Messages : 1852
Localisation : Orne - France

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#6 » sam. nov. 26, 2016 9:19 am

Bonjour Jef, bienvenue dans ce forum

Jef a écrit :Finalement après quelques mois passés sur le massif du Sancy je suis maintenant dans le massif du Livradois, à Saint Hilaire en Haute-Loire. Merci aux modérateurs de bien vouloir déplacer ce sujet du coup.

Voilà qui est fait.
À toi de mettre à jour ta localisation dans ton profil, puisque tu n'es plus dans le Münsterland.

Avatar de l’utilisateur
Daniel 59
Modérateur
Messages : 3975
Localisation : région Nord/Pas de calais

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#7 » sam. nov. 26, 2016 10:12 am

Bonjour Jef,

Bienvenue sur le forum.
En ce qui concerne la ruche Voirnot, il est vrai qu'il y avait le site de l'ami Alain Charlier, mais qui depuis a complétement abandonné l'apiculture, et de ce fait a fermé son site.

Cette ruche se décline en deux versions :
- l'une traditionnelle dite pastorale avec un corps d'une hauteur de 380 mm aux cadres longs de 360 mm - une hausse de 200 mm de hauteur avec des cadres de 180 mm .
- l'autre dite divisible constituée d'éléments de hausse de 200 mm de hauteur avec dix cadres de 180 mm.

Le gros problème avec la pastorale c'est la longueur des cadres, que les filles ont tendance à propoliser allégrement ce qui rend leur extraction très difficile.
Avec la divisible nous n'avons pas ce souci.

Cette ruche est capable d'abriter de très fortes colonies genre Buckfast, tout en assurant une récolte très correcte d'environ 15 kg par élément.

Comme toutes les divisibles elle se conduit très facilement, et permet l'inversion des éléments en fin d'hivernage ce qui est un gain de temps précieux.

Quant à l'augmentation du cheptel, rien de plus facile avec ce type de ruche sans avoir recours au nucléus ou autre méthode.

Cordialement,
Daniel.
Daniel d'en haut!

Avatar de l’utilisateur
Daniel 59
Modérateur
Messages : 3975
Localisation : région Nord/Pas de calais

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#8 » sam. nov. 26, 2016 10:44 am

@ jef,
Je viens de retrouver un texte de mon ami Alain Charlier sur la ruche Voirnot.

= = =
Une ruche pratique et fonctionnelle

De l'Antiquité à nos jours, les techniques apicoles n'ont connu de véritable révolution qu'au 19ème siècle, lorsque plusieurs chercheurs, Huber, Debeauvoys et Berlepsch en Europe, Langstroth aux États-Unis, introduisirent le cadre mobile dans les ruches. Cette innovation allait permettre une observation plus aisée des abeilles et une meilleure connaissance de leurs mœurs. Elle allait aussi considérablement transformer les méthodes d'élevage en autorisant le contrôle de la reproduction et en facilitant dans une large mesure les opérations de récolte.

L'habitat préféré des abeilles :

En dépit de ces avantages, beaucoup d'apiculteurs sont longtemps demeurés fidèles au " fixisme " Aujourd'hui encore des partisans de l'ancien système exploitent des colonies placées dans des troncs évidés, des paniers de paille ou d'éclisse ou des ruches en bois, sans cadres... Cet attachement à la tradition ne doit pas être perçu comme une résistance au progrès mais plutôt comme un choix raisonné en faveur d'un habitat particulièrement bien approprié à la grappe d'abeilles. Le souci majeur d'une colonie étant la production de chaleur nécessaire à sa survie et à son développement, il est incontestable que les formes demi-sphériques ou en cloche des ruches anciennes répondent parfaitement aux besoins de l'abeille. En hiver, la grappe se resserre vers le sommet du dôme, ne dépensant ainsi qu'un minimum d'énergie pour maintenir la température idéale. Les rayons adhérant aux parois, on observe que la vapeur d'eau émanant de la sphère d'abeilles se trouve partiellement recyclée dans les cellules à miel. Les méfaits de la condensation sont, de la sorte, évités. À l'inverse, les ruches modernes présentent un espace inoccupé important, nécessaire à la mobilité des cadres. Ce volume, constitué par les montants des cadres et l'espace vide qui les entoure représente près de 30% de la capacité de la ruche. On imagine l'effort supplémentaire que les abeilles doivent fournir pour entretenir en permanence cet espace utile à l'apiculteur seulement !

Le choix du mobilisme

Sans sous-estimer ces inconvénients, il faut les mettre en balance avec la réelle commodité qu'offre le cadre mobile dans le travail de l'apiculteur, principalement dans les opérations de récolte. De nombreuses exploitations fonctionnent depuis plus d'un siècle en "mobile" sans connaître de véritables problèmes sanitaires. J'ai donc choisi cette voie, en me gardant toutefois d'intervenir sans discernement dans le nid d'une colonie.

Le choix de la divisible

Plus actuel est le débat qui oppose les possesseurs de ruches compactes (corps monobloc) et les adeptes de la divisible (corps sur deux éléments). Là encore, les arguments des uns et des autres méritent d'être défendus. Ayant pratiqué les deux modes d'exploitation, j’affirme franchement ma préférence pour la divisible. Outre une grande facilité de construction, elle offre une multitude de possibilités dans l'accompagnement du développement des colonies : agrandissement, divisions, réunions, permutation des éléments... ceci sans violence, sans grand bouleversement dans les chambres à couvain et sans effort physique important. La possibilité de pratiquer une apiculture non-violente pour l'abeille est un avantage décisif qui efface les petits inconvénients dus à la discontinuité du couvain. Ce défaut souvent cité peut d'ailleurs être encore atténué par une conception dimensionnelle appropriée des cadres, ce qui n'est malheureusement pas possible avec le format Dadant.

La nécessité d'un standard unique pour le rucher

Pour avoir travaillé certaines années avec six modèles de ruches différents, je suis convaincu que la diversité des cadres est un obstacle majeur à tout progrès. Un travail sérieux, ordonné et détendu n'est pas possible avec du matériel aux dimensions multiples. La standardisation est à mes yeux une priorité absolue. Je n’ai pu suivre efficacement mes colonies qu'à partir du jour où l'ensemble de mon exploitation a fonctionné avec un seul type de cadres. Toutefois, je ne regrette pas mes expériences passées. Dans tout apprentissage, nous avançons en procédant par essais et erreurs. Je peux maintenant parler des ruches Dadant, Langstroth, Voirnot, Warré, Claerr, en connaissance de cause et apprécier à sa juste valeur le seul modèle que j’aie conservé.

Comment choisir un modèle de ruche : les critères d'évaluation :

Il n'est pas dans mon intention de faire le procès de ruches qui ont donné satisfaction à plusieurs générations d'apiculteurs. Alain Caillas affirme avec raison : "Tant vaut l'apiculteur, tant vaut la ruche". Je comprends aussi la position de ceux qui, ayant acquis à grands frais plusieurs dizaines de ruches, ne veulent pas envisager leur remplacement pour des raisons financières évidentes. Je suis d'avis que si l'abeille s'accommode facilement de toutes sortes d'habitats, cela ne signifie pas pour autant qu'elle s'y adapte sans affaiblissement. De même, s'il est vrai que le matériel a peu d'importance comparativement au comportement de l'éleveur, il n'en demeure pas moins vrai que le choix effectué au départ détermine dans une large mesure toute la méthode à employer ultérieurement pour conduire le rucher.

Malgré tous les débats passionnés que ce sujet a déjà suscités, je pense utile de repartir à la découverte de la ruche idéale, ceci avec le simple bon sens, sans aucun préjugé. Il s'agit en fait d'établir un compromis entre les besoins vitaux de l'abeille et les possibilités d'interventions humaines.

Pour le confort des abeilles :

Le volume de la ruche doit être adapté à la forme de la grappe et à son évolution. De forme sensiblement sphérique, la grappe et le couvain se développent en s'étirant verticalement plus qu'en ne s'allongeant horizontalement. Une base circulaire, sinon carrée, favorise la bonne répartition de la chaleur. La capacité du logement doit être suffisante pour pouvoir contenir le nid à couvain et les provisions hivernales (15 kg). Un volume d'environ 50 dm3 est nécessaire.

Pour une exploitation facile :

L'intérêt de l'exploitant est de partitionner la ruche en plusieurs éléments et d'abaisser la hauteur du cadre. En effet :

- Le poids d'un élément plein de miel ne doit pas dépasser 25 kgf.

- L'extraction du miel est plus commode lorsqu'il est contenu dans un cadre relativement bas.

- La construction d'éléments bas est plus simple et plus économique car elle permet l'utilisation de planches de largeur courante. (La confection de panneaux n'est pas nécessaire).

La bonne répartition du couvain en deux chambres est obtenue lorsque la hauteur de deux éléments se situe entre 40 et 45 cm.

L'épaisseur des parois est généralement fixée à 24 ou 25 mm. Les ruches à double paroi tendent à disparaître. Elles retardent les sorties d'abeilles au printemps et les économies de provisions attendues en hiver sont négligeables, voire nulles.

Comme je n'avais nullement envie de créer un nouveau modèle de ruche, j’ai recherché parmi les modèles existants celui qui répond le mieux à ce cahier des charges.

Examinons les ruches divisibles les plus connues en France :

La divisible Dadant :

Cadre trop bas nécessitant un découpage du couvain en trois parties.
Cadre trop long pour supporter des lattes de faible épaisseur.
Volume s'éloignant de la forme sphérique naturelle du nid à couvain.

La divisible Langstroth :

Poids excessif d'un élément plein de miel (jusqu'à 38 kg). Cette charge répétée un grand nombre de fois dans des positions souvent inconfortables risque d'endommager la colonne vertébrale du porteur. Le nombre d'éléments à conserver pour l'hivernage et le développement du nid à couvain n'est pas évident à déterminer. Un seul élément risque d'être insuffisant. Deux éléments risquent d'être excessifs.

La divisible Warré :

Grâce à celle-ci et à son créateur, nous assistons à une autre conception de l'apiculture, plus conforme aux lois naturelles et à la biologie de l'abeille. Cependant, la ruche de l'abbé Warré s'adapte mal aux grandes miellées, à cause des hauteurs atteintes. Son système de rayons sans cadres peut paraître séduisant, mais après essai, j’ai été contraint de l'abandonner, les résultats obtenus étant irréguliers, tant dans l'évolution du nid à couvain que dans le déploiement des bâtisses. La manière de récolter demande une certaine habileté qui doit me manquer. Avec cadres, le volume n'est plus suffisant. En dépit de ces considérations, le livre de l'abbé Warré reste une référence à de nombreux égards.

Dans le même esprit, l'initiative de l'apiculteur-constructeur Roger Delon (de Montbéliard) mérite d'être signalée. Il constate que le cadre est, dans sa conception actuelle source de perturbation pour les abeilles car il ne permet pas la continuité des rayons. Dans la nature, les abeilles construisent jusqu'à la paroi de leur abri ; la ventilation s'en trouve considérablement améliorée. Partant de cette observation, R. Delon met au point un système de cadres assurant la continuité des constructions tout en restant exploitable. Il se compose d'une barrette de bois supérieure et d'un cadre métallique en fil d'acier de diamètre 3,4 mm. Le semi-cadre est auto-fixé dans la ruche dite "Climastable". Certains utilisateurs de ce système estiment avoir ainsi résolu nombre de problèmes sanitaires.

La divisible Voirnot :

C'est le modèle qui à la réflexion et à l'usage réunit le plus d'avantages. Il a ma faveur et je n’ai jamais regretté de l'avoir adopté. Bien au contraire, je lui découvre régulièrement de nouveaux atouts. Je déplore seulement, pour ce modèle comme pour beaucoup d'autres, l'absence de normalisation. Pourquoi ne pas conserver le principe d'une base carrée, tel qu'il a été défini à l'origine ? Les dimensions exactes de cette ruche se déduisent de la longueur intérieure du cadre. La cote de 330 mm est communément admise. Compte-tenu de l'épaisseur des montants des cadres (fixée à 10 mm) et d'un espace-abeille de 7,5 mm de part et d'autre, nous obtenons la longueur intérieure d'un élément : 365 mm.

Nous pourrions aussi partir de l'espace souhaitable entre les rayons. L'observation de rayons dans les habitats naturels nous enseigne que cet espace varie de 30 à 42 mm suivant la destination des cellules. L'espace entre deux rayons de couvain d'ouvrières est en moyenne de 30 à 36 mm. Entre deux rayons de couvain de mâles et entre les rayons de miel, il est en moyenne de 36 à 42 mm. Nous voyons que la valeur médiane, susceptible de s'adapter à toutes les situations est : 36 mm. En adoptant cette valeur, nous évitons d'avoir à gérer deux types d’éléments, l'un destiné au couvain, l'autre à la récolte. En fixant le nombre de cadres à 10 et en prévoyant un jeu de 2 à 3 mm aux extrémités, nous en déduisons la largeur intérieure de l'élément : 365 mm.

Pour maintenir l'espace entre les cadres, je n'ai pas trouvé de meilleur moyen que la bande d'écartement, très facile à poser et bon marché lorsqu'elle est produite en grand nombre. L'apiculteur-constructeur peut éprouver certaines difficultés à se procurer des bandes d'écartement au pas de 36 mm. Les commandes sont honorées par les fabricants, à condition que le nombre de pièces justifie la mise en service d'un montage spécial. Une série d'au moins 500 pièces est généralement demandée. Ce nombre est facilement atteint par le jeu d'une commande groupée.

La hauteur d'un élément n'est pas contestée : elle est fixée à 200 mm.

Intérêt de la divisible Voirnot carrée :

La longueur relativement réduite des cadres, par rapport à Dadant ou Langstroth permet d'adopter pour la latte supérieure comme pour les autres côtés du cadre, une épaisseur constante de 10 mm. Tout en assurant une rigidité suffisante, cette faible épaisseur a surtout pour avantage de réduire le passage entre les deux éléments d'une ruche, ce qui est très appréciable dans la conduite d'une divisible. Une telle disposition permet également au constructeur amateur de fabriquer facilement tous les cadres dont il a besoin. Lorsqu'il s'agit de grandes séries, rien n'est plus appréciable que la simplification.

Entre autres avantages, le cadre de divisible Voirnot se retire facilement lors d'éventuelles visites et lors de la récolte, les risques d'écraser des abeilles sont beaucoup moins à craindre qu'avec un cadre haut. La désoperculation est aussi plus aisée.

Le rapport entre le côté et la hauteur d'une ruche montée sur deux corps est tel qu'un porteur dont les épaules sont placées au-dessus du toit peut saisir et soulever l'ensemble sans difficulté par le plancher.

Les proportions entre la base et la hauteur assurent un bonne stabilité à la ruche. Un empilage de trois éléments a peu de chance d'être renversé, même par forte tempête.

Le volume intérieur d'un élément Voirnot convient parfaitement pour le démarrage d'un essaim naturel ou artificiel. Il est donc inutile de s'encombrer de ruchettes.


© Alain Charlier
= = = = =
Daniel d'en haut!

Jef
Messages : 52
Localisation : Alaigne, Aude
Contact :

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#9 » sam. févr. 25, 2017 9:10 am

Merci Daniel d'en haut pour toutes ces infos. J'apprécie tout particulièrement tes messages trés informatifs qui m'ont donné envie de travailler en divisible, alors de tour cœur un grand merci à toi et tous les passionnés de ce forum.

Cette année j'ai l'opportunité d'acheter des Dadant pleines à un apiculteur du coin, et comme l'année dernière je n'avais que deux ruches, j'ai trouvé cela compliqué d'être dépanné par des collègues ou trouver des essaims localement car personne ne travaille en voirnot divisible en Auvergne.

Mais si il me reste des finances l'an prochain et que j'arrive à me fabriquer des ruches (pas gagné, je suis vraiment débutant en menuiserie, l'année dernière c'était pas une réussite) je pense réessayer de peupler des Voirnot divisibles (ou des Warré, je ne suis plus qu'à 700 m d'altitude, je me dis que ce serait peut être bon) en faisant des paquets d'abeilles et en achetant des reines...
Présentation de Jef : viewtopic.php?f=116&t=6536

Manulab
Modérateur
Messages : 1852
Localisation : Orne - France

Re: Jef, futur apiculteur en Auvergne

Message#10 » jeu. juin 20, 2019 6:00 am

Note de modération : Au printemps 2019 Jef est arrivé dans l'Aude et a refait une présentation là :
viewtopic.php?f=15&t=9591

Retourner vers « 43 Haute Loire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Faites glisser l'icône de la Ruche Warré sur la barre des tâches pour épingler le site !

Ou cliquez ici par l'ajouter au menu démarrer ou à la liste des applications.